Actuellement détenu afin de purger une peine de détention de 33 mois, Guillaume Bernier a été condamné à une peine additionnelle de 15 mois à purger de façon consécutive, le mercredi 11 mars au palais de justice de Valleyfield.

Guillaume Bernier. (Photothèque)

Qualifié de mythomane par la poursuite, Guillaume Bernier a plaidé coupable à plusieurs accusations. On parle d’usurpation d’identité, de fraude de plus de 5000 $, de voyeurisme, de harcèlement et de deux accusations de parjure.

En plus de sa détention, l’homme de 33 ans qui a sévi fait les délits reprochés à Saint-Polycarpe entre le 18 octobre 2018 et le 15 février 2019, devra respecter une période de probation de 3 ans lors de sa libération. Également, Guillaume Bernier a l’interdiction formelle de posséder des armes pour les 10 prochaines années. Il doit également fournir un échantillon de son ADN.

Fait particulier, le jugea imposé une condition particulière envers Guillaume Bernier lors du prononcé de la sentence. Le magistrat a ordonné le remboursement de la somme fraudée dans un délai de 10 ans. Advenant que le remboursement ne soit pas complété, Guillaume Bernier devra purger une peine de 9 mois de détention.

Mythomane

Guillaume Bernier n’a pas hésité à mentir devant la Cour lors de son enquête sur remise en liberté qui s’est déroulée en avril 2019. C’est pour cette raison que deux accusations de parjure ont été déposées.

Dans un premier temps, il a indiqué au juge qu’il souhaitait vivre avec sa nouvelle conjointe s’il était remis en liberté et qu’il désirait prendre soin de sa fille. Cependant la procureure du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Camille Taillefer a réservé toute une surprise à l’accusé. La juriste avait préalablement fait des vérifications sur les dires de Guillaume Bernier.

« J’ai parlé avec celle que vous dites être votre nouvelle conjointe, indique Me Taillefer. Elle m’a dit qu’elle vous avait vu à quelques reprises, mais qu’il n’est aucunement question que vous emménagiez ensemble. Elle nous a aussi mentionné que vous la harcelez afin qu’elle dépose 4500 $ dans votre compte sous prétexte que cela est pour payer votre avocat. Vous dites également que vous prenez soin de votre enfant. Savez-vous qu’à l’heure actuelle, vous avez une créance de 20 000 $ pour une pension alimentaire? »

Devant la situation, Guillaume Bernier a été accusé de parjure. À la suite de sa condamnation, il a dit être désolé pour les gestes qu’il a posés.

Déjà en détention

Avant de purger la peine de détention de 15 mois, Guillaume Bernier doit compléter celle de 33 mois imposée par le juge Thierry Nadon. Dans ce dossier, Guillaume Bernier a reconnu avoir fraudé ses grands-parents. Selon un membre de la famille, il aurait dilapidé près de 800 000 $. Ses grands-parents se sont pratiquement retrouvés à la rue. Comme sa grand-mère souffre de démence, Guillaume Bernier a puisé dans les économies de celle-ci.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Un commentaire

  • Merci j’aime bien lire la Voix Regional je viens de le découvrir et je le recommande vivement merci pour les informations que vous nous partager qui nous concerne dans notre ville et les alentours m Manon Bouchard

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE