Les frères Dave et Jimmy Hilton étaient tous deux de passage au palais de justice de Valleyfield le lundi 20 janvier. Menotte aux mains, ils ont tous deux plaidé coupables aux accusations auxquelles ils faisaient face.

Jimmy et Dave Hilton. (Photothèque)

Dans un premier temps, Dave Hilton a reconnu qu’il s’était livré à une voie de fait, d’avoir menacé un homme et d’avoir consommer de l’alcool alors qu’il avait l’interdiction formelle du tribunal de le faire. Les gestes reprochés à l’ancien champion du monde de boxe se sont déroulés à l’établissement Dooly’s à Châteauguay.

Dave Hilton a confié sa défense à Me Clemente Monterosso, un criminaliste dont le bureau est situé dans la métropole.

Bien qu’il ait reconnu sa culpabilité, lors de sa première comparution, Dave Hilton, qui était visiblement éméché, disait n’avoir aucun souvenir de la soirée.

Le juge Bertrand St-Arnaud a condamné Dave Hilton à une peine de détention de 30 jours. De plus, il sera soumis à une période de probation d’une année avec suivis et il a l’obligation de suivre les recommandations de son agent en lien avec une thérapie.

Dave Hilton n’est pas au bout de ses peines. Puisqu’il était déjà sous le coup d’une libération conditionnelle à Montréal. Celle-ci sera révoquée. D’ailleurs, il sera amené au palais de justice de Montréal le mardi 21 janvier afin d’y être formellement accusé.

Jimmy Hilton

Tel que mentionné par le juge St-Arnaud, il y a bel et bien un fait particulier. Un autre frère Hilton a aussi comparu. Jimmy Hilton a plaidé coupable de deux accusations de violence conjugale sur deux anciennes conjointes. De plus, il a reconnu qu’il avait consommé de l’alcool alors qu’il lui était interdit.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire