L’hiver 2019-2020 ne passera pas à l’histoire pour sa rigueur. C’est plutôt pour sa clémence que nous parlerons prochainement de cette saison au passé.

Habituellement, la MRC de Vaudreuil-Soulanges reçoit en moyenne 210 centimètres de neige. Pour l’hiver qui tire à sa fin, c’est 194 centimètres de neige qui ont recouvert le sol Vaudreuil-Soulangeois. Comme l’explique André Cantin, météorologiste chez Environnement Canada, les précipitations reçues n’ont rien à envier à celles des années précédentes.

« Les gens s’en sont moins rendu compte puisqu’il y a eu des périodes de redoux, souligne le spécialiste. Cela a donc eu pour effet qu’une partie des précipitations a eu le temps de fondre avant que la région reçoive d’autres accumulations. »

Le temps froid ne s’est pas installé sur de longues périodes également. Très peu de jours de froid intense ont été répertoriés. « Le mercure a été de 2 degrés plus chaud que la normale de saison, indique M. Cantin. Il n’y a pas eu de longues périodes de froid. Certaines nuits ont été très froides, mais le mercure remontait pratiquement toujours le matin venu. »

Réchauffement climatique

Le réchauffement climatique est inévitable. Lorsqu’un hiver est plus clément, c’est souvent la première pensée qui vient à l’esprit. André Cantin ne tient pas uniquement ce point comme responsable. « Depuis qu’il y a des statistiques météorologiques qu’il y a des hivers qui sont plus chauds et des hivers qui sont plus froids. Dans les années 1800, il y a eu des hivers doux. Pourtant, il n’était pas question de réchauffement climatique à cette époque. »

Questionné afin de savoir si l’hiver est terminé, André Cantin dit qu’il est trop tôt pour arriver à cette conclusion. « Ce n’est pas possible de connaitre les prévisions à aussi long terme. Ça demeure possible que nous recevions encore de la neige, mais de façon générale, nous avons eu un hiver très agréable. »

Inondation

Lorsque la neige fond, il est indéniable que cela apporte une quantité colossale d’eau. Par la même occasion, cela risque de provoquer des inondations. « Le fleuve et les Grands Lacs sont déjà anormalement élevés, explique André Cantin. Si la région devait recevoir des quantités de pluie importante, cela pourrait compliquer la situation. Toutefois, il est trop tôt pour connaitre les prévisions météorologiques pour le printemps 2020. »

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!