Manon Larouche a consacré sa carrière à accompagner les autres dans leurs épreuves de vie. Elle a été la courroie entre sa clientèle et les diverses ressources disponibles. Le temps est venu pour cette femme lumineuse et chaleureuse de prendre soin d’elle, conseil qu’elle a maintes fois répété aux femmes qu’elle a côtoyées.

Forte de son expérience en interventions sociales, Manon Larouche quitte son poste en ayant le sentiment du devoir accompli. Et pour cause! L’agente de relations humaines a débuté sa carrière au CLSCS Vaudreuil-Dorion, plus précisément à l’accueil psychosocial pour le point de services de Saint-Polycarpe, travaillant ainsi auprès d’une clientèle avec diverses problématiques.

 

Après avoir œuvré auprès d’une clientèle variée, Mme Larouche a bifurqué principalement vers le volet de la Petite Enfance; intervenant auprès des jeunes parents avec des enfants âgés de 0-5 ans mais également en deuil périnatal afin d’accompagner les parents endeuillés.

 

 

Selon Madame Larouche le rôle d’intervenante sociale vise à faire de la prévention et à accompagner les familles en tendant une oreille bienveillante. « La relation de confiance est à la base de notre travail tout comme le savoir-être, l’authenticité et le non-jugement. Prendre les gens où ils sont en respectant leur rythme. Les gens ont leur histoire, nous les accompagnons pas à pas », souligne l’agente de relations humaines.

 

Également, elle précise que de nombreux programmes ont été mis sur pied au fil des ans, proposant entre autres aux familles des groupes de supports visant à les accompagner dans leur cheminement. « Je crois beaucoup en la force du groupe, c’est supportant, c’est supportant, ça brise leur isolement et normalise leur vécu ».

 

 

Fiertés professionnelles

De plus elle porte un regard empreint de satisfaction sur le travail effectué avec son équipe en sécurité civile lors des inondations de 2017. Son implication avec l’équipe OLO/SIPPE, programme pour jeunes femmes enceintes et leurs partenaires en Petite-Enfance, fut tout autant important, car l’épanouissement des jeunes familles et leurs enfants étaient au cœur de ses interventions.

 

 

Madame Larouche ferme le chapitre de sa vie professionnelle confiante en l’humain et en sa force de résilience. Toutefois, elle est inquiète de la centralisation des services conséquemment aux dernières réformes. Selon elle, les services de proximité sont garant de réussite, car ils permettent de bien connaitre la clientèle et le partage d’expertises.

 

« J’aimerais remercier mes familles et collègues qui m’ont fait confiance dans mon rôle d’intervenante sociale » a conclut la travailleuse et la femme accomplit qui se consacra désormais à ses passions et à prendre soin d’elle.

 

 

 

Mélanie Calvé

Mélanie Calvé

Journaliste

Laisser un commentaire