Louer un appartement est maintenant difficile. Les intéressés font face à deux défis de taille. Si dans un premier temps la rareté des appartements disponibles est significative, impossible de passer sous silence le coût mensuel exigé. Viennent par la suite les nombreuses exigences. Retraités, sans enfant, sans animaux, etc.

(Photothèque)

Par réflexe, un bon nombre de gens sont attirés par la comparaison lorsqu’une situation survient. Dans le cas du prix de location des appartements dans la grande région du Suroît, se comparer apporte son lot de positivisme, mais démontre aussi la différence entre les secteurs.

Pour l’exemple, la grandeur de l’appartement choisie est un 4 ½. Un peu partout dans le Suroît, le prix de location varie grandement. Toutefois, un fait demeure. Peu importe où est situé l’appartement, il n’y a pas abondance pour les appartements dont le prix mensuel est inférieur à 925 $.

Les services

Fait intéressant, plus l’appartement est situé près des services, plus il devient dispendieux. Des appartements de dimensions similaires situés à Huntingdon et à Vaudreuil-Dorion ont un écart de près de 500 $ dans le prix de location.

Fréquemment, un appartement de 4 pièces et demie est loué par un couple. Il peut aussi arriver que ce couple ait un enfant. Mais, dans les courtes recherches effectuées, il y a un point qui revient régulièrement, les places de stationnement. Dans plus de 50 % des cas, il n’y a qu’une seule place de stationnement. Certaines annonces précisent qu’il n’y a pas de stationnement ou encore, que des places de stationnement additionnelles sont disponibles pour un prix mensuel variant de 100 $ à 225 $.

Retraités et sans enfant

Que ce soit dans Vaudreuil-Soulanges, Beauharnois-Salaberry ou dans le Haut-Saint-Laurent, deux points reviennent continuellement. Bon nombre d’appartements sont décrits comme des places idéales pour retraités et même que certaines annonces précisent que l’appartement est pour une personne seule.

Évidemment, il est interdit par la loi de refuser au propriétaire de louer un logement sous prétexte qu’un locataire intéressé a des enfants. Cependant, bon nombre continue de défier la loi.

Montréal, Toronto et Vancouver

Désirant comparer le prix d’un appartement similaire dans les grandes villes canadiennes, VIVA MÉDIA a fait quelques recherches.

À Montréal, pour un 4 ½, les intéressés doivent être prêts à payer entre 1440 $ et 2250 $ par mois. À Toronto, les prix varient de 1750 $ à 2600 $. Sur les 23 fiches consultées, uniquement 4 faisaient mention qu’un stationnement était disponible.

Vancouver remporte la palme des prix les plus exorbitants. Plusieurs appartements sont disponibles en location. Or, le prix moyen est de 2450 $. Un nombre impressionnant de propriétaires exige un dépôt de sûreté de 5000 $. Encore une fois, le prix pour le stationnement n’est pas inclus dans la location.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Un commentaire

  • Avatar Beaudry dit :

    Oui c’est assez effrayant. Malheureusement même que les propriétaires font payer pour les enquête de crédit. C’est assez abusif. Il faut une loi plus sévère un moment donné.

Laisser un commentaire