Le samedi 22 juin 2019, alors que le soleil battait son plein, des jeunes courraient allègrement sur les prémices de l’église Sainte-Rose-de-Lima, à L’Île-Perrot, alors qu’à l’intérieur de celle-ci des gens s’arrêtaient en prière devant le Saint-Sacrement. Une fête? Tout semblait indiquer cela, mais il s’agissait d’une vente de garage pour soutenir la pastorale jeunesse.

(Photo Nicola Di Narzo)

Les adultes présents sont des habitués du milieu catholique. Presque désormais des jeunes chrétiens de catacombes ou, du moins, une espèce en voie d’extinction, ces derniers faisaient jadis partie d’un groupe de jeunes qui regroupaient par moment plus de 60 jeunes adultes de 18 à 35 ans. À l’époque, c’était donc Siloé, mais désormais mariés ou partis à l’université ou sur le milieu de travail, plusieurs pensaient voir la fin d’une denrée rare dans l’Église Catholique.

Bafouant toute incrédulité, voilà que des familles pionnières du groupe de jeunes Siloé, désormais déménagé à Saint-Hyacinthe, décidèrent de se mobiliser afin de créer du neuf. C’est maintenant Rise Up! Cette fois-ci, il s’agit d’un groupe d’ados, des jeunes de 13 à 18 ans qui viennent à l’église pour différentes activités autant de prières que sportives. Le nombre varie selon les activités et les temps de l’année entre 20 et 40 jeunes.

Bref, la vente de garage ainsi que le bbq et la procession du Saint-Sacrement dans les rues de L’île-Perrot étaient une belle illustration de cette nouvelle réalité peu connue dans la région. L’Église Sainte-Rose-de-Lima bourgeonne malgré les tempêtes qui affligent l’Église catholique autant que d’autres Églises et religions.

Nicola Di Narzo

Nicola Di Narzo

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!