La pandémie liée à la COVID-19 aura changé la vie de tous, incluant les acteurs principaux du sport motonautique. Devant la menace de perdre des compétiteurs de la classe Grand Prix à la série américaine GPA (Grand Prix America), la Ligue de Régates d’Hydroplanes (HRL) n’a eu d’autre alternative que de réagir.

Les pilotes Andrew Tate (Steeler/Miss Owensoro GP-777), Brandon Kennedy (Hearn Motorsports GP-14) et Jeff Bernard (Bad Influence GP-79) ont tous gagné une finale dans la série Grand Prix America (GPA) au cours de la dernière saison. Il s’agit d’une prémisse à un circuit commun de la classe Grand Prix, incluant les écuries des séries GPA et HRL.

(Photo: Grand Prix America)

Des discussions ont été entamées tout récemment entre les deux organisations et des changements importants sont à prévoir dans le calendrier de la prochaine saison. Ainsi, tout indique que les embarcations de la classe Grand Prix ne figureront plus à la programmation des Régates de Saint-Félicien et de Brockville (Ontario).

Les bolides GP vont plutôt prendre la direction de Guntersville (Alabama), les 24-25-26 juin, et de Madison (Indiana), les 1-2-3 juillet, où l’on pourra assister à des épreuves réunissant les équipes des séries Grand Prix America et HRL. Un dénouement que les amateurs de courses Grand Prix souhaitaient depuis longtemps et qui vient d’être précipité par la crainte de voir des écuries américaines absentes des sites canadiens en 2022.

Pendant que les mesures sanitaires forcées par l’éclosion de la COVID-19 ont empêché la tenue des événements motonautiques dans la Ligue de Régates d’Hydroplanes en 2020 et 2021, la série Grand Prix America a réussi à présenter l’ensemble de ses courses cet été.

Plusieurs bolides Grand Prix de la HRL ont mouillé les eaux des parcours de la série GPA en 2021, dont le « Bad Influence » GP-79 que Jeff Bernard a mené au championnat de la saison. Le « Steeler » (Miss Owensboro) GP-777 piloté par Andrew Tate, le « Hearn Motorsports » GP-14 conduit par Brandon Kennedy ainsi que le « TM Special » GP-35 occupé par Bobby Kennedy en remplacement de Mike Monahan et le « Freedom » GP-50 de Ken Brodie II ont fait partie du circuit américain.

La série GPA a déjà publié un calendrier provisoire qui comprendrait en 2022 les événements de Détroit, Michigan (début ou mi-juin), Guntersville, Alabama (24-25-26 juin), Madison, Indiana (1-2-3 juillet), Tri-Cities, Washington (29-30-31 juillet), Seattle, Washington (4-5-6 août), Owensboro, Kentucky (19-20-21 août) et San Diego, Californie (16-17-18 septembre).

La Ligue de Régates d’Hydroplanes devrait rendre public son calendrier de la prochaine saison d’ici peu. Selon les informations recueillies par « La Voix Régionale », l’agenda de courses serait le suivant :  Cambridge, Maryland (21-22 mai), Détroit, Michigan (juin, GP et possiblement H-350), Beauharnois (11-12 juin), Saint-Félicien (25-26 juin, sans GP), Brockville, Ontario (2-3 juillet, sans GP), Valleyfield (15-16-17 juillet), Tonawanda, N.Y. (août) et Sorel-Tracy (3-4 septembre).

« Un partenariat avec Grand Prix America permettrait aux pilotes américains de participer à nos événements et à nos pilotes Grand Prix à prendre part aux compétitions dans les leurs, ce qui élèverait le spectacle, en plus de le diversifier. Ce serait un coup majeur dans le sport et pour son rayonnement », a indiqué Didier-Bernard Séguin, commissaire de la HRL, par voie de communiqué.

Le passage des écuries « Bad Influence » de Michael Grendell et « Pleasure Seeker » de Roger Mahan au circuit américain des régates cette année a sans doute sonné l’alarme pour les dirigeants de la HRL, qui se sont retrouvés devant la possibilité d’être privés de compétiteurs de premier plan en 2022.

Ces inquiétudes ne concernent pas seulement la classe Grand Prix car le propriétaire de l’écurie « Bad Influence », Michael Grendell est déjà en campagne pour attirer les équipes de la classe Hydro 350 à Guntersville (Alabama), le même week-end où les coureurs de cette catégorie seraient en action aux Régates de Saint-Félicien durant la fin de semaine de la Fête nationale des Québécois.

Laisser un commentaire