Maxime Latour a passé le test dans la Ligue canadienne de football | VIVA MÉDIA Skip to main content

Attendez-vous de revoir le Campivallensien Maxime Latour dans l’uniforme d’une formation de la Ligue canadienne de football la saison prochaine.

Le Campivallensien Maxime Latour a fait sa place comme spécialiste des longues remises chez les Argonauts de Toronto de la Ligue canadienne de football. (Photos : gracieuseté de Adam Krueger – Argonauts de Toronto)

« J’ai déjà eu des discussions avec les Argonauts et les Elks d’Edmonton. C’est prometteur et j’espère bien pouvoir signer un contrat professionnel pour la saison 2022 », souhaite le footballeur de 6’ 5’’ (195 cm) et 250 livres (113 kg).

Champion de la Coupe Grey en 2019 avec les Blue Bombers de Winnipeg, où il avait joué 4 rencontres, Maxime Latour ne s’est pas fait tirer l’oreille quand le téléphone a sonné en octobre dernier. Le spécialiste des longues remises des Argonauts est tombé au combat et le poste était le sien s’il parvenait à saisir l’occasion.

Les étoiles étaient bien alignées et Maxime a connu l’euphorie de la victoire sur le dernier jeu du match de la Fête de l’Action de Grâce, un triomphe de 24-23 sur les grands rivaux des Argonauts, les Tiger Cats de Hamilton, au Stade Tim Horton. Précis dans les 12 remises de tentatives de placement et de bottés de dégagement, il a mis la table pour le coup de pied décisif de Boris Bede.

Son exécution sans reproche lui a conféré le poste de premier spécialiste des longues remises et la suite des choses a souri au Campivallensien, qui avait songé à la retraite quand la pandémie a forcé l’annulation de la saison 2020. « Boris (Bede) m’a pris sous son aile et je suis devenu familier avec plusieurs coéquipiers. L’écart avec mon prédécesseur pour le temps de remise n’était que de .2 seconde, ce qui a permis à l’équipe de rester 1er ou 2e dans la ligue à ce chapitre », se réjouit l’ex-Bronco de l’école secondaire de la Baie-Saint-François.

En faisant sa place chez les Argonauts, Maxime Latour a mis toutes les chances de son côté en prévision de la prochaine saison. « J’ai eu de bonnes conversations avec le coordonnateur des unités spéciales de même que le coach en chef Ryan Dinwiddie. De plus, Chris Jones, qui dirigeait l’unité défensive à Toronto l’an dernier, a été nommé entraîneur-chef à Edmonton. Ça pourrait possiblement m’ouvrir des portes avec les Elks si je ne reçois pas d’offre de contrat à Toronto », élabore l’ex-porte-couleurs du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke et des Nomades du Collège Montmorency à Québec.

Ayant vécu à Toronto pendant 10 semaines dans le confort de l’autobus qu’il a converti en résidence roulante, Maxime ne pouvait demander mieux. « Je pensais devoir payer un montant pour habiter dans un stationnement près du stade des Argonauts. Finalement, le responsable du stationnement des joueurs m’a obtenu un laissez-passer de la Ville pour que je puisse m’établir à cet endroit pendant le reste de la saison sans avoir de frais à débourser », a-t-il relaté.

De retour à Salaberry-de-Valleyfield, Maxime demeure au sous-sol de la résidence familiale de ses parents, où il a aménagé son gymnase personnel. « Je dois travailler ma rapidité pour la couverture sur le terrain après les bottés de dégagement. Mon ami Simon Benoit m’a fait un programme et je serai prêt pour la prochaine saison », conclut le footballeur qui fêtera ses 29 printemps en avril.

Denis Bourbonnais

Journaliste

Laisser un commentaire

Publicité
PUBLICITÉ

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!