L’histoire se raconte, s’écrit et se peint. Depuis toujours, les artistes contribuent à la sauvegarde et au partage des bribes du passé. Ils immortalisent l’âme des gens et des lieux. Une fois de plus, Sophie Wilkins et Anik Favreau démontrent l’étendue de leur talent en présentant une fresque historique et identitaire.

Sophie Wilkins et Anik Favreau devant Les Champs du Fleuve

À l’extrémité sud du pont Saint-Louis, à la Halte des Villages du Parc régional, se dresse une fresque d’une beauté transcendante.  Peinte dans l’objectif de bonifier l’expérience des utilisateurs du Parc régional de Beauharnois-Salaberry, de valoriser la région et d’accorder à l’art, l’importance qui lui revient. Les artistes et leur art sont une richesse pour leur communauté et de ce fait, la MRC démontre le désir évident de reconnaitre leur importance.

 

Ainsi, le mandat de créer une fresque rappelant l’identité du territoire a été confié aux deux artistes de renommée. Ces scènes d’un réalisme saisissant ont nécessité plus de 250 heures de travail, pour chacune des jeunes femmes.

 

Sophie Wilkins, explique qu’elle désirait, à travers la nageuse, exprimer la sérénité qu’elle ressent lorsqu’elle nage dans le lac Saint-François, aux abords duquel, elle a grandi. Ainsi, sur un des côtés de la structure, il est possible d’admirer une superbe femme profitant d’un instant de plénitude, sous l’eau. Sans doute, trouvez-vous que la muse ressemble à celle qui l’a peint, mais l’artiste précise que ce n’est pas elle.

 

Poissons, navigation, cyclisme, ruralité la faune et la force d’une communauté unie, sont également des thèmes que nous retrouvons sur l’œuvre collective des deux artistes. Chaque élément est spectaculairement bien exécuté, chaque rappel fait naitre un sourire.

 

À propos des deux créatrices

Les deux artistes n’en sont pas à leur première œuvre. En effet, les murales de Sophie Wilkins sont reconnues pour être spectaculaires. Songeons notamment à la murale de l’école secondaire Soulanges, peinte en 2017, celle intitulée Parc d’exposition de 1910 à 1965 ou encore celle peinte en hommage au Dr Aimé Leduc. L’artiste, passionnée par le dessin depuis l’enfance se consacre à son art depuis 2003.

Pour sa part, Anik Favreau manie la conception et la réalisation de projets multiples, de la production d’objets en petites séries et peint des fresques murales depuis plus de 12 ans. Il est possible d’admirer son travail à travers la province, dans des décors commerciaux ou encore dans des restaurants.

D’autres œuvres à venir

Maude Laberge, mairesse de Sainte-Martine et préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry, a annoncé que cette fresque ne sera assurément pas la dernière.

 

 

 

 

 

 

Mélanie Calvé

Mélanie Calvé

Journaliste

Laisser un commentaire