Janvier est le mois de la sensibilisation de l’Alzeimer. La simple évocation de cette maladie donne des frissons à bon nombre d’entre nous. Voir tous ses souvenirs s’estomper un à un pour définitivement disparaitre. Perdre doucement son autonomie jusqu’à oublier notre propre nom. Cette maladie fait des ravages dans la mémoire de ceux qui en sont atteints, mais également dans leur entourage immédiat.

L’Alzeimer est le trouble neurocognitif le plus répandu. Il représente entre 60 et 80 % de tous les diagnostics. Au Québec, cette maladie et celles qui y sont apparentées touchent 152 121 personnes âgées de plus de 65 ans. Selon la Société d’Alzeimer du Québec, d’ici 15 ans, ces maladies affecteront 937 000 personnes au Canada et 260 000 Québécois, soit une augmentation de 66 %.

 

À ce jour, la cause de cette maladie est toujours inconnue. Cependant, certains facteurs augmenteraient le risque de développer cette maladie. En effet, l’âge, le sexe (les femmes étant majoritairement touchées), les antécédents familiaux, les gênes, les maladies cardiovasculaires, le diabète, les lésions cérébrales et le syndrome de Down sont des facteurs identifiés comme étant à risques.

 

Les signes précurseurs

Certains signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer peuvent éveiller des soupçons et indiquer qu’une consultation médicale serait appropriée. Ces signes affectent la personne d’une manière non habituelle.  Les voici :

1.Pertes de mémoire qui nuisent aux activités quotidiennes

Oublier occasionnellement un rendez-vous, le nom d’un collègue ou un numéro de téléphone et s’en rappeler plus tard est un phénomène normal. Une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer oubliera fréquemment des choses et ne s’en souviendra pas plus tard, particulièrement des événements qui se sont produits récemment.

  1. Difficultés à exécuter les tâches familières
  2. Problèmes de langage
  3. Désorientation dans l’espace et dans le temps
  4. Jugement amoindri
  5. Difficultés face aux notions abstraites
  6. Objets égarés
  7. Changements d’humeur ou de comportement
  8. Changements dans la personnalité
  9. Perte d’intérêt

 

L’Alzeimer est-elle héréditaire ?

La majorité des cas sont « sporadiques »; c’est-à-dire qu’ils ne sont pas héréditaires. Seuls de rares cas de la maladie d’Alzheimer sont héréditaires et représentent moins de 5 % de tous les cas. Des tests génétiques sont disponibles pour les familles ayant des antécédents de cette forme de la maladie.

 

Vivre heureux avec la maladie

 

Si vous avez récemment reçu un diagnostic, sachez tout d’abord qu’il existe des ressources et de l’aide pour soutenir vous et votre famille. Bien que chaque parcours avec la maladie soit unique, sachez qu’il est possible de bien vivre avec la maladie d’Alzheimer ou un autre trouble neurocognitif. Les études démontrent qu’il existe plusieurs actions pouvant améliorer votre cheminement avec la maladie. Adoptez de saines habitudes de vie par exemple, aide à ralentir la progression de celle-ci et facilite la gestion des changements qui l’accompagnent.

 

Source : Société Alzheimer du Québec

 

Mélanie Calvé

Mélanie Calvé

Journaliste

Laisser un commentaire