L’industrie de la chasse représente une portion importante de l’économie. Oiseaux migrateurs, petits gibiers, ours, orignaux et chevreuils sont des proies de prédilection. Cependant, ne s’improvise pas chasseur qui le veut. Des formations et des permis sont requis et surtout, la réglementation ne peut pas être ignorée.

Le Québec comporte 28 zones de chasse, soit de 1 à 24 et de 26 à 29. La zone 25 est exclusive pour la pêche. Le Suroît se retrouve dans la zone 8. Or, celui-ci se divise en trois portions. On y retrouve le nord, le sud et l’Est. Dans plusieurs cas, les zones sont subdivisées afin d’appliquer des règles particulières en fonction d’une espèce. Donc, ce n’est pas parce que la chasse est ouverte dans une zone, qu’il en est de même partout. C’est pourquoi François Gingras, conseiller en chasse et pêche chez Canadian Tire à Salaberry-de-Valleyfield, invite les chasseurs à s’informer adéquatement.

« Les chasseurs doivent connaître les règles, assure M. Gingras. Dans mon cas, je suis à l’écoute et je me tiens informé sur les règlementations. J’aime conseiller les clients. Cependant, dès que j’ai le moindre doute, je réfère les gens au ministère de la Faune. Les règles peuvent paraître compliquées. Comme preuve, les oiseaux migrateurs sont la juridiction du fédéral alors que le reste est provincial. » Après la période de chasse à l’arc et arbalète, la chasse aux cerfs de Virginie bat son plein dans plusieurs zones au Québec. C’est d’ailleurs cette pratique qui est la plus répandue et celle qui compte le plus d’adeptes. « C’est des temps de chasse divisé, explique M. Gingras. Par exemple, la chasse avec fusil et arme à chargement par la bouche aux cerfs de Virginie est autorisée en zone 8 du 16 octobre au 20 octobre. Toutefois, un chasseur qui souhaite y aller avec une carabine est autorisé à le faire uniquement du 6 novembre au 21 novembre. »

(Photo Steve Sauvé)

L’avenir de la chasse

Plusieurs chasseurs se souviennent de leurs premiers pas dans le domaine alors qu’ils étaient enfants. M. Gingras ne fait pas exception à cette règle. « J’ai été élevé dans la chasse, dit-il. Mon père et mes oncles sont des chasseurs. Mes frères et moi avons suivi cette tradition ainsi que des cousins. La chasse c’est souvent une passion qui se transmet dans une famille. Cependant, le nombre de chasseurs a diminué dans les dernières années et depuis la pandémie, on constate une hausse flagrante de ceux-ci. Il y a une aussi nouvelle tendance. De plus en plus de femmes chassent. N’allez surtout pas croire qu’elles n’ont pas leur place. Se sont de redoutables chasseuses et lorsqu’elles abattent une bête et que leur conjoint non, elles ne se gênent pas pour le dire. »

Inquiétude

Parmi les choses qu’il juge inquiétantes pour l’avenir de la chasse, François Gingras parle de l’abattage double et du manque d’espace pour les chasseurs. « Je ne suis pas d’accord avec le double abattage. Ceci est mon opinion personnelle. J’aimerais que le ministère encadre mieux la restriction de la taille légale des bois. Cela nous donnerait de plus beaux spécimens. Par conséquent, ça augmenterait le cheptel. De plus, avec un chevreuil d’abattu, ça fait assez de viande pour la saison. »

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire