La députée de Salaberry-Suroît, Anne Minh-Thu Quach, fut l’hôte de cinq femmes audacieuse et d’environ 150 citoyens et citoyennes de la région à la troisième édition de l’événement Femmes de tête.

Anne Minh-Thu Quach était entourée de cinq femmes de tête: Suzie Grondin, Linda Phaneuf, Sylvie Veilleux, Mélanie Léonard et Janick Tétreault-Moïse. (Photothèque)

Lors de ces soirées, Anne s’entoure de femmes dont le parcours sort des sentiers battus, qui décident de foncer et de relever les défis qui les font vibrer. Elle a d’ailleurs bien introduit les conférences en affirmant que : « Ces femmes ont bravé les stéréotypes et les préjugés pour réaliser leurs projets et vivre de leurs passions ».

Des femmes fortes à fleur de peau

 

Les cinq dirigeantes se sont révélées être des oratrices passionnantes pour les hommes et les femmes de la région venues les écouter. Janick Tétrault Moise, propriétaire et directrice stratégie et communication chez Zel agence de communication, a amorcé son allocution en affirmant haut et fort que « les femmes de tête sont toutes celles qui sont guerrières et qui se lèvent le matin pour faire ce qu’elles aiment. » L’assemblée étant conquise et interpellée !

C’est avec émotion que les gens du public et les femmes de tête ont exprimé à maintes reprises l’importance de la famille et des parents qui sont les premiers modèles. Pour sa part, madame Linda Phaneuf a rappelé combien il est important, pour occuper un poste comme celui qu’elle occupe, de faire preuve à la fois de leadership, de rigueur et de vision. « On ne saurait bien y parvenir sans également être appuyée de ses proches, de l’esprit de partenariat avec la communauté et de l’équipe de professionnels qui nous entoure. C’est en sachant bien s’entourer que l’on peut espérer faire grandir l’organisation et s’épanouir personnellement ».

Plusieurs ont profité de la période de questions pour interroger les dirigeantes sur les méthodes de travail particulières aux femmes. Suzie Grondin, directrice générale du Collège de Valleyfield a exprimé l’importance de rester soi-même : « Gérer au féminin, c’est reconnaitre et accepter ses émotions et c’est aussi reconnaitre la force de son équipe. »  Sylvie Veilleux, directrice du Carrefour Jeunesse Emploi de Vaudreuil-Soulanges a elle aussi bien exprimé la différence entre les sexes en nous racontant une anecdote d’elle qui doit piler sur son orgueil en parlant à des bailleurs de fonds et leur disant : « ne regardez pas mes larmes, mais entendez ce que je veux vous dire…j’ai juste le cœur plus proche des yeux que vous autres. »

Plus la soirée allait bon train et plus les cinq femmes de tête se rassemblaient autour d’un consensus : ce qui est le plus important dans la vie c’est de faire ce que l’on aime, de croire en soi, de s’affirmer et d’oser saisir les opportunités qui s’offrent pour se dépasser. Pour sa part Mélanie Léonard, Campivallensienne et cheffe de l’orchestre symphonique de Sudbury, a été maintes fois interpellée lors de la période de réseautage qui concluait la soirée pour cette phrase énoncée lors de son discours: « J’étais dans le plaisir de la zone d’inconfort et la façon dont cela me faisait évoluer. »  Cette leçon est à retenir !

Bref, ce fut un moment magique pour toutes et tous d’entendre ces présentatrices nous raconter les défis personnels qu’elles ont eu à traverser et le courage qu’elles ont développé à travers leurs expériences. Nous souhaitons remercier les bénévoles et les Femmes de tête pour leur complicité et l’ensemble des participants qui ont aidé à la récupération des assiettes et verres en styromousse utilisés pour le souper.

Mona Rochon

Mona Rochon

Journaliste

Laisser un commentaire

Publicité
PUBLICITÉ

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!