Nelson Carey a été reconnu coupable, le vendredi 2 octobre, par la juge Marie-Chantal Doucet au palais de justice de Valleyfield de vol qualifié. L’événement s’est déroulé le 8 juillet 2019 dans un commerce situé sur le boul Mgr-Langlois à Salaberry-de-Valleyfield.

C’est au terme de deux jours et demi de procès que la juge a reconnu Nelson Carey coupable. En tout, la magistrate a entendu 10 témoins en poursuite. Avec la somme de toutes les preuves déposées, la juge Doucet en est venue à la conclusion que Nelson Carey est bel et bien l’auteur du vol qualifié.

À la suite de la décision, la procureure du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Mylène Brown, a demandé à la Cour que Nelson Carey soit soumis à une évaluation afin de déterminer s’il pourrait être déclaré comme un délinquant à contrôler ou un délinquant dangereux.

Il est important de souligner la différence entre les deux conclusions. Les délinquants dangereux ne sont pas atteints de troubles mentaux. Ce ne sont pas non plus de simples criminels, ou même des récidivistes, à qui s’appliquent les dispositions ordinaires du Code criminel relatives à la détermination de la peine. Ils appartiennent à cette petite minorité de délinquants que les condamnations ordinaires ne peuvent dissuader ou réformer et qui constituent un danger grave pour le bien-être mental et physique des autres membres de la société. La peine à durée indéterminée permet de les encadrer jusqu’à ce que s’estompe leur dangerosité.

Pour ce qui est des délinquants à contrôler, il est question que le délinquant soit soumis à une surveillance stricte, et ce, même s’il a purgé une peine dans un établissement fédéral. Le suivi peut s’échelonner sur une période de 10 ans. Pour être qualifié de délinquant à contrôler, l’individu doit avoir des pronostiques de réhabilitation sans récidive s’il est soumis à une surveillance.

Parcours criminel

Nelson Carey a de nombreux antécédents. L’homme de 45 ans a déjà purgé 30 ans de détention. Il a déjà été reconnu coupable de vols, de vols qualifiés, de complot pour meurtre, de prise d’otage et de complot. Sa première condamnation remonte à 1995. Notons qu’en 1997, Nelson Carey a purgé deux peines de détention de façon simultanée.

Nelson Carey a confié sa défense à Me Annie Boyer.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire