Comme si les équipes des banques alimentaires n’étaient pas assez sollicitées, l’équipe de Moisson Sud-Ouest doit composer avec une situation déplorable. Deux des trois camions de l’organisme communautaire ont été de vandalisme.

Il n’y a pas de doute, certaines personnes font preuve d’un manque flagrant d’empathie. Certains n’hésitent pas pour commettre des délits auprès de ceux dont la mission est de faire la différence. Entre le samedi 28 novembre en fin d’après-midi et le lundi 30 novembre, les camions de l’organisme Moisson Sud-Ouest ont été vandalisés.

« Deux de nos trois camions ont été vandalisés, explique Geneviève St-Jacques Thériault, directrice développement et philanthropie chez Moisson Sud-Ouest. C’est un employé qui s’est aperçu de cette situation. C’est considérable pour nous puisque nous devons poursuivre nos opérations malgré tout puisque nous faisons face à une hausse des demandes. »

Des milliers de dollars

Les frais engendrés par le méfait seront de quelques milliers de dollars. Les fils d’alimentation du premier camion vandalisé ont été sectionnés et les deux batteries volées. Pour ce qui est du deuxième véhicule touché, les fils ont été coupés, mais les batteries sont restées en place.

(Photothèque)

Remplacement

La direction de la banque alimentaire a dû s’ajuster à la situation. Cependant, l’alternative complique aussi la réalité. « Nous avons procédé à la location de deux camions, précise Mme St-Jacques Thériault. Mais, ceux-ci ne sont pas réfrigérés. Donc, nous avons procédé au réaménagement de nos routes afin que les denrées qui doivent être réfrigérées prennent rapidement la direction de notre entrepôt. Nous souhaitons récupérer nos camions le plus rapidement possible. »

Ce n’est pas la première fois que Moisson Sud-Ouest est victime de vandalisme. À pareille date l’an dernier, ce sont les catalyseurs des camions que les voleurs ont tenté de voler. Bien que les malfrats n’y soient pas parvenus, ils ont fait pour 4000 $ de dommages.

La direction de Moisson Sud-Ouest mentionne que les camions ne seront plus entreposés à l’édifice de la rue Webb à Salaberry-de-Valleyfield. « Nous avons un entrepôt à Beauharnois, fait savoir le directeur général de Moisson Sud-Ouest Stéphane Spisak. À cet endroit, nous avons une cour clôturée et un service de caméra. Nous n’avons donc plus le choix. Cela compliquera un peu notre procédure, mais nous voulons éviter que ce genre de situation se reproduise. »

Toutes personnes qui disposent d’information en lien avec le délit commis peuvent communiquer avec la Sûreté du Québec en composant le 310-4141.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire