Dans un récent communiqué le CISSSMO annonçait l’installation prochaine d’une Maison des naissances pour le Suroît. Le comité Sauvons le Centre mère-enfant de l’hôpital de Valleyfield salue cette initiative mais souligne que ce projet ne résout en rien le transfert projeté de Valleyfield vers Vaudreuil de tous les accouchements en milieu hospitalier.

Crédit photo : Le comité Sauvons le Centre mère-enfant de l’hôpital de Valleyfield

Selon le comité Sauvons le Centre mère-enfant de l’hôpital de Valleyfield, le communiqué porte à confusion en laissant supposer qu’il pourrait pallier aux 400 accouchements de résidentes des MRC de Beauharnois-Salaberry et du Haut St-Laurent que le CISSSMO veut transférer à Vaudreuil. La promotion de Maisons de naissances avec des sages-femmes est mise de l’avant par le Ministère de la santé depuis plus de 15 ans comme un service complémentaire aux accouchements en milieu hospitalier. On précise d’ailleurs que ces Maisons de naissances doivent être construites dans des endroits situés à moins de 20 minutes d’un hôpital offrant des services d’accouchement. Le fameux 400 accouchements mentionné dans le communiqué répond à l’objectif fixé aux Maisons de naissances qui est d’accommoder 10% des 4 000 accouchements sur l’ensemble du territoire de la Montérégie-ouest.

 

Le comité précise qu’il est d’ailleurs fort utile de rappeler qu’il s’agit d’un objectif car il faut bien préciser que les Maisons de naissances en opération depuis une quinzaine d’années rejoignent en moyenne moins de 4% du total des naissances. Si on applique ce 4% aux 400 accouchements des résidentes de Valleyfield et du Haut-St-Laurent, on arrive à 16 accouchements réalisés en Maison des naissances. Ce sont donc les services de proximité de 384 futures mères que le CISSSMO abolirait en fermant le Centre mère-enfant de l’hôpital de Valleyfield.

 

Comme l’a déclaré le gynécologue Michel Paquin lors d’une entrevue : « Il est impensable pour Salaberry-de-Valleyfield de perdre ses services d’accouchement. D’ailleurs, cela pourrait entraîner des conséquences majeures pour l’ensemble des services de l’hôpital ».

 

De plus, le Comité Sauvons le Centre mère-enfant de l’hôpital de Valleyfield souligne que la meilleure et la moins coûteuse des solutions pour l’établissement d’une Maison des naissances c’est de l’établir sur une portion de terrain déjà disponible, adjacent et appartenant à l’hôpital de Valleyfield tout en sauvegardant son Centre mère-enfant dans lequel 1,8 million de dollars a déjà été investi. À bien y penser, ce serait la proposition qui répondrait le mieux à la politique de périnatalité mise de l’avant par le ministère de la santé.

 

 

 

Mélanie Calvé

Mélanie Calvé

Journaliste

Laisser un commentaire