Récemment, un mouvement de générosité a vu le jour sur Facebook, invitant les femmes de partout au Québec à se faire plaisir entre elles en s’offrant des présents directement déposés sur le porche de leur maison.

Sur cette photo, Kathy Dubé s’apprête à faire la distribution des cadeaux. Pour l’occasion, elle est accompagnée de sa famille.

Surnommées les Ninjas, des femmes de la région ont adhéré en grand nombre au mouvement. L’objectif est simple; il suffit de rejoindre le groupe Les ninjateuses du Québec et d’inscrire ses coordonnés sous les publications des femmes désirant offrir des cadeaux tout en respectant la zone géographie demandée par ces dernières. Ensuite, les Ninjas se déplacent afin de déposer le présent sur le porche de la maison des femmes sélectionnées sans se faire voir par celles-ci.

 

Fondé par Julie Lavoie, le groupe Facebook a rapidement rejoint plus de 10 000 membres. « Avec la Covid, ça été difficile pour tout le monde. Ce mouvement fait du bien. Ce sont des femmes remplies d’amour et elles ont envie de répandre de l’amour. C’est beau à voir ».

 

Donner au suivant

Kathy Dubé, une résidente de Salaberry-de-Valleyfield a effectué plus d’une vingtaine de missions de Ninjatage, terme utilisé par les femmes qui y participent. Le fils d’une certaine Adrienne s’est enlevé la vie. La femme, anéantie par la peine s’est mise à tricoter sans relâche des paires de pantoufles. Au fil de ses larmes, elle s’est aperçue qu’elle avait confectionné des dizaines et des dizaines de paires. Ne sachant quoi en faire, elle alors décidé de les placer dans une boite et de les confier à sa réflexologue, Nishan Levesque, afin que cette dernière les vende.

 

Actuellement en fin de vie, Adrienne a suggéré à Nishan Levesque de conserver la boite et l’argent puisqu’elle n’avait plus l’énergie de s’en occuper. Cette dernière a demandé conseil à sa nièce Kathy Dubé qui lui a aussitôt parlé du groupe Les ninjateuses du Québec. Ainsi, madame Dubé a reçu la boite de pantoufles ainsi que le maigre butin amassé. « J’ai récupéré la boite et j’ai vendu quelques paires de pantoufles à mon entourage. Avec l’accord de ma tante et d’Adrienne, j’ai rajouté un montant et j’ai acheté des petits cadeaux pour compléter mes sacs-surprises. J’ai ensuite sélectionné 22 femmes avec des enfants et j’ai rajouté des pantoufles pour eux. J’aimerais que les femmes m’envoient des photos de leurs enfants avec les pantoufles parce que j’aimerais ensuite faire un petit vidéo pour Adrienne. Je suis certaine que ça lui fera plaisir de voir que finalement ses pantoufles ont rendu des enfants heureux. Elle aura, à sa façon participer à cette chaine de bonheur » a mentionné Kathy Dubé.

 

Celles qui participent au mouvement sont unanimes ; jouer aux Ninjas est exaltant et apporte autant bonheur à celles qui donnent qu’à celles qui reçoivent. Soulignons que celles qui reçoivent la visite d’un Ninja, doivent à leur tour faire de même. Plusieurs en profitent pour vivre l’expérience avec leurs enfants, bénéficiant ainsi de leur rapidité et de leur agilité à déposer le présent, à frapper à la porte et à s’enfuir sans se faire prendre.

 

 

 

 

 

 

Mélanie Calvé

Mélanie Calvé

Journaliste

Laisser un commentaire