Créatrice de moments magiques depuis 2012, Stéphanie Ouellette avait 12 ans lorsqu’elle a commencé à travailler pour Francine Montpetit, qui était alors propriétaire de Mon p’tit clown aux ballons. Ce fut pour elle, une véritable révélation.

(Photothèque)

En 2012, Madame Montpetit, décide de vendre son commerce. Stéphanie Ouellette, alors âgée de 22 ans, n’hésite pas une seconde et entreprend les démarches pour acquérir Le p’tit clown aux ballons. La jeune entrepreneure l’avoue d’emblée; les premières années furent très difficiles pour elle. D’ailleurs, Madame Ouellette a fait 6 fausses couches dont elle attribue la responsabilité à la pression inhérente au début de son aventure entrepreneurial.

Déterminée, Stéphanie Ouellette ne s’est pas laissé abattre et a redoublé d’efforts et de créativité afin de faire prospérer son entreprise. En fait, la force de la jeune femme est sans contredit ses idées innovatrices et son désir constant d’innovation. Madame Ouellette, est reconnue pour ses concepts uniques. À titre d’exemple, les enfants qui perdent une dent de lait peuvent désormais recevoir la visite de la véritable fée des dents pendant leur sommeil.

Décrite par ses pairs, comme étant une personne généreuse, Stéphanie Ouellette n’hésite pas à s’impliquer auprès des enfants malades ou encore en offrant des paniers Noël aux Campivallensiens plus démunis. Pour la jeune femme, il est primordial de redonner aux suivants. Après tout, la magie est également dans le don de soi.

Un investissement majeur

Le 6 octobre dernier, Madame Ouellette a ouvert les portes de son entreprise afin de célébrer la réouverture de La costumerie. L’objectif derrière cet évènement était de souligner l’achat de 2 centres de locations de costumes. L’achat des costumes du Salon Scrupule bonifie ainsi l’inventaire de La costumerie qui possède désormais plus de 6000 costumes. Il s’agit d’un investissement de près de 62 000 $ qui place inévitablement l’entreprise en tête de liste de ce genre de commerce.

Succinctement, Le p’tit clown aux ballons c’est 6 employés en boutique, près de 50 pigistes qui se partagent les contrats de Mascottes et de Princesses. C’est une banque de 512 artistes de différents milieux. C’est 6000 costumes, 400 bacs de ballons en latex et plusieurs centaines de modèles différents. L’entreprise de Madame Ouellette possède 3 divisions distinctes soient; Le p’tit clown aux ballons, Les productions Mackéo et La costumerie.

Mélanie Calvé

Mélanie Calvé

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!