Possédant déjà 15 centres de données à travers le monde, Google souhaite s’installer à Beauharnois, ce qui ne fait visiblement pas le bonheur de tous.

Le gouvernement du Québec a publié un décret confirmant son intention de dézoner 94 hectares, soit l’équivalent de 160 terrains de football afin d’accueillir le géant du web. Pour ce faire, le gouvernement Legault a retiré exceptionnellement les pouvoirs accordés à la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Cette mesure d’exception sera possible en invoquant l’article 96. Notons que cet article de loi a été invoqué à seulement 5 reprises depuis son entrée en vigueur, soit en 1978.

 

Les 12 000 agriculteurs de la Montérégie s’insurgent devant la décision du gouvernement de dézoner cette zone agricole au profit de Google. Selon eux, la CPTAQ, dont la raison d’être est de protéger la souveraineté alimentaire des Québécois, ne peut appliquer efficacement son mandat si le gouvernement leur retire leurs pouvoirs au gré des marchés internationaux.

Hydro-Québec, propriétaire des terrains visés dans ce dossier, loue depuis plusieurs années, des parcelles de ses terres à des agriculteurs qui devront subir les conséquences de ce changement de zonage. Soulignons qu’ils ont investi des sommes importantes en travaux de nivellement et de drainage sur ces terres.

Un investissement majeur

Selon, ce qui a été avancé en mai dernier, Google pourrait investir plus de 500 millions $ durant la construction de son centre de données. Jusqu’à présent, le Québec compte une quarantaine de centres de données. La puissance électrique sur laquelle comptent ces centres de données est de 80 MW. Hydro Québec soutient possédée la capacité de fournir jusqu’à 800 MW à ces centres.

 

Selon le site de TVA nouvelles, des avantages non négligeables sont offerts aux centres de données afin de les inciter à s’installer au Québec. Par exemple, une exemption fiscale de 15 millions par 100 millions investis, le remboursement de la TVQ et la TPS sur la majorité des achats et des dépenses (sauf sur l’électricité). Des impôts fonciers calculés pour l’immeuble seulement et non son contenu ainsi qu’un crédit d’impôt équivalent à 24% des salaires, et ce jusqu’à concurrence de 20 000$ par année par employé. Évidemment, un coût très bas d’électricités est offert aux centres de données.

 

 

Mélanie Calvé

Mélanie Calvé

Journaliste

Laisser un commentaire