Un enseignant coupable de voies de fait

Nicolas Pelletier a reconnu s’être livrer à des voies de fait sur une dame et à des bris d’engagement. (Photo: Facebook)

Nicolas Pelletier a reconnu s’être livré à des voies de fait à l’endroit d’une dame qu’il fréquentait depuis quelques semaines et de bris d’engagement. Gestes commis le 15 juillet 2017 à Vaudreuil-Dorion.

De passage devant la Cour, le jeudi 26 juillet au palais de justice de Valleyfield, celui qui exerce la profession d’enseignant dans une école secondaire a plaidé coupable sur les deux chefs d’accusation déposés à son endroit.

Lors de la lecture de faits par l’avocat de l’accusé, Me Bédard, il a été possible d’apprendre que Nicolas Pelletier avait consommé de l’alcool, du cannabis ainsi que des médicaments lors des faits qui lui sont reprochés. «La dame a voulu partir, mais mon client s’est opposé à son départ, indique Me Bédard. Elle est parvenue à quitter et des policiers l’ont aperçu dans un stationnement. C’est à ce moment qu’elle a raconté aux agents ce qui s’était passé.»

À la suite de cet événement, celui qui est aussi connu pour son implication dans le monde du hockey, avec la défunte formation le Révolution de Saint-Lazare et jadis auprès d’équipes de la Ligue nord-américaine de hockey, avait l’interdiction de communiquer avec la victime. Toutefois, Nicolas Pelletier n’a pas respecté l’interdiction et il a envoyé des dizaines de messages textes à la victime.

Lors de la comparution, l’avocat de Nicolas Pelletier a mentionné au juge Bertrand St-Arnaud que cet événement avait été un élément déclencheur pour son client. «À la suite de cela, mon client est allé chercher de l’aide auprès d’un organisme qui vient en aide aux gens violents. Il a aussi fait des démarches pour régler ses problèmes de consommation.» 

À la suite du plaidoyer de culpabilité, les juristes ont informé le magistrat que la confection d’un rapport présententiel serait de mise afin que le tribunal puisse avoir un portrait détaillé du coupable qui est sans antécédent judiciaire.

Alors que les représentations sur sentence sont prévues pour le 29 octobre, soit lors du dépôt du rapport présententiel, l’avocat en défense a déjà fait valoir qu’il entend suggérer à la Cour que son client puisse bénéficier d’une absolution inconditionnelle.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *