Kevin Savard coupable d’homicide involontaire

Kevin Savard risque de se voir imposer une très longue période de détention. (Photo Steve Sauvé)

Kevin Savard a plaidé coupable, le vendredi 31 août, au palais de justice de Valleyfield, à une accusation d’homicide involontaire, à un délit de fuite mortel ainsi qu’à un délit de fuite ayant causé lésions.

Kevin Savard, 25 ans, a reconnu sa culpabilité devant le juge Bertrand St-Arnaud sur les trois chefs d’accusation qu’il lui étaient reprochés. Le 1er février dernier, une altercation entre l’accusé et sa mère éclate alors qu’ils se trouvent chez une connaissance. À la suite de l’incident, Kevin Savard quitte, mais indique à un individu de lui envoyer un message texte lorsque sa mère va quitter. Il se rend chez son frère et il change son véhicule de marque GMC Sierra pour une Honda Civic puisqu’il n’avait plus d’essence. Lorsqu’il reçoit le message texte pour l’informer que sa mère allait quitter, il décide de pourchasser le véhicule dans lequel sa mère est passagère.

Alors qu’il se trouve sur le Chemin de la Rivière à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay, l’accusé, phares éteints, décide de suivre de près la voiture dont sa mère prend place et qui est conduite par Jocelyn Plante. Il fonce alors avec son véhicule sur celle-ci.

Résumé des faits

À la suite du premier impact, M. Plante aurait accéléré, mais Kevin Savard a percuté le véhicule des victimes à trois autres reprises comme le démontre le rapport du reconstitutionniste. Les collisions font perdre le contrôle du véhicule à Jocelyn Plante. Celui-ci effectue une sortie de route et percute un poteau électrique. Le véhicule s’enroule autour du poteau.

À la suite de l’accident, Kevin Savard a quitté les lieux. Le décès de Jocelyn Plante a été constaté dès l’arrivée des premiers secours. Il ressort du rapport qu’il n’était pas attachée. En ce qui a trait à la mère de Kevin Savard, elle a subi une fracture de la main.

Le représentant du Directeur des poursuites criminelles et pénales dans le dossier, le procureur en chef adjoint du district de Beauharnois, Me Pierre-Olivier Gagnon et l’avocat de l’accusé, Me Louis-Philippe Mercier, ont demandé la confection d’un rapport présententiel avant le prononcé de la sentence. « Nous voulons éclairer le tribunal sur l’individu avant que le juge décide de la sentence qui sera imposée », explique Me Gagnon.

Notons que Kevin Savard n’a aucun antécédent judiciaire et qu’il est détenu depuis sa première comparution. La cause sera de retour devant la Cour le mardi 30 octobre.

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *