Jean A. Lalonde sollicite un 6e mandat

Jean A. Lalonde, de nouveau candidat à la mairie de Très-Saint-Rédempteur. Photothèque

Jean A. Lalonde est de nouveau sur les rangs à Très-Saint-Rédempteur, lui qui a passé 20 ans au poste de maire. 

Après avoir fait ses classes comme conseiller municipal pendant 4 ans, Jean A. Lalonde a été élu maire une première fois en 1997 et occupe ce poste depuis.  Depuis 2016, il est préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, mais il avait siégé sur le conseil d’administration (CA) de la MRC à partir de 1998. Il siège également sur le CA de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et est vice-président du Comité de sécurité/transport de la FQM. « J’ai été un ardent adversaire de l’oléoduc d’Énergie Est et je le suis encore pour ce qui est du pipe-line d’Enbridge. Avec Citoyens au courant, nous avons travaillé fort dans ce dossier », plaide-t-il.

Jean A. Lalonde se dit fier des réalisations des quatre dernières années. « Nous avons travaillé quatre ans sur le développement du projet domiciliaire du Sommet avec ses 39 terrains, dont 55 % seront en conservation. Et 100 % des infrastructures sont payées par le promoteur. Nous avons instauré la collecte de vidanges des fosses septiques, un règlement sur les chiens dangereux et avons obtenu une subvention d’au moins 10 000 $ pour équiper le parc Cavaleri au printemps 2018, une autre pour le plan de communication du centre culturel, et une borne sèche d’incendie de 50 000 litres grâce à une subvention du TECQ. Nous avons un nouveau site internet, standardisé tous les documents municipaux, pour ne nommer que ces réalisations », évoque Jean A. Lalonde. Ce denier ajoute que le fait qu’il soit préfet de la MRC fait en sorte que la municipalité est bien représentée à tous les niveaux. Si Jean A. Lalonde sollicite un nouveau mandat, c’est qu’il est conscient que bien des tâches restent à accomplir. « On parle du renouvellement du plan d’urbanisme et comme j’en serai à mon troisième du genre, je puis dire que j’ai l’expertise pour le réaliser. Il y a aussi la caractérisation des milieux humides, en tandem avec la MRC, afin de respecter la loi 132. Il faut également établir une vision d’avenir pour les 10 prochaines années et organiser, pour ce faire, des consultations publiques », prévoit-il. En 2018, Jean A. Lalonde entend travailler sur la collecte des matières organiques en 2018 à Très-Saint-Redempteur, car en 2022, le gouvernement exige l’atteinte de l’objectif de 0 déchet. Ce dont Jean A. Lalonde est fier aussi, c’est d’avoir réussi à garder un taux de taxes à un niveau raisonnable. Et à ceux qui l’accusent d’avoir utilisé des deniers publics pour l’église, il rappelle que le conseil est allé chercher une subvention de 1 049 000 $ qui a entièrement payé la transformation. Et le manque de leadership? Les choses accomplies parlent pour lui, selon le maire sortant qui rappelle qu’il a toujours fait montre de transparence depuis 20 ans. « Je demande à mes concitoyens de me faire de nouveau confiance pour les quatre prochaines années », de conclure Jean A. Lalonde.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ