Un repas inspiré par les deux formations

J’ai longtemps hésité. Consulté, lu et relu mes revues de recettes. Mes antécédents en matière de souper du Super Bowl, mais je crois être bientôt fixé. 

En fait, cette fois, je pense que je vais m’inspirer des deux forces en présence pour établir la tablée.

D’un côté, le potage en entrée avec les Patriots. C’est du tout cuit avec la Chaudrée de palourde de la Nouvelle-Angleterre. Quel bouillon sublime.

Chaleureux, crémeux, exquis pour mettre les convives en état de grâce et se préparer pour le botté d’envoi.

Servie dans un gros bol à soupe ou une énorme tasse, ma chaudrée saura mettre en haleine à l’aube d’une finale de football qui s’annonce enlevante.

La seule chose qu’il me manque ce sont les craquelins de style oyster crackers. Impossible d’en trouver en ce pays.

Si vous connaissez des gens qui font régulièrement le voyage aux États-Unis, je suis preneur pour deux ou trois paquets. Sinon, je me débrouille avec des biscuits soda.

Une fois les invités à moitié repus, j’irai avec le plat principal. Vous me voyez venir? Le Philly cheesesteak.

De la viande juteuse, cuite lentement dans la mijoteuse, avec des légumes de choix, un fromage de qualité, étalés sur un pain croustillant.

Tout ça servi dimanche soir, dans le cadre du Super Bowl LII disputé au Minnesota.

Ça semble être un choix judicieux qui sera préparé en songeant aux Eagles, qui, disons-le, sont mes préférés en vue du match de dimanche.

Et si le match n’est pas à la hauteur de nos attentes, on se dira que le repas l’aura été.

Évidemment, trempettes, croustilles, crudités et desserts seront également au menu.

Et justement, en ce qui concerne le dessert, je pense bien y aller d’un classique brownie bien tendre en son centre et croustillant sur les bords. À mon image. N’est-ce pas?

J’en ai les papilles qui frétillent. Ce sera délicieux. Le tout arrosé d’un exquis et froid breuvage, en agréable compagnie. Une belle soirée, peu importe le résultat. Vous savez ce qu’on dit, l’important c’est de s’amuser.

Cette fois on s’amusera et on mangera comme un oiseau de proie qui fonce sur Tom Brady.

Un tournoi amusant

Parlant de s’amuser et de ne pas se fier sur le résultat, nos Gladiateurs auront eu du plaisir cette fin de semaine au tournoi de hockey de Gatineau.

Mais ce n’est pas le résultat qui leur reviendra en mémoire dans quelques années quand ils évoqueront cette virée en Outaouais.

Ce sera plutôt les amitiés liées, les parties de mini hockey dans l’hôtel, les soupers au restaurant entre les matchs, le bowling en équipe, pour souder l’esprit de corps.

Ils se sont amusé nos Gladiateurs atome B et c’est ce qui compte.

Les parents aussi ont tissé des liens. Et c’est ce dont on se souviendra, un peu comme le sourire de nos valeureux athlètes, en rang, en direction de la chambre des joueurs.

Bravo les gars pour vos efforts. Un jour, ceux-ci seront payants.

Merci les Intrépides

Je poursuis dans le sujet du hockey pour dire que mon loup, le 84, mon joueur préféré participait à un camp d’un jour lundi. Dans le cadre de la journée pédagogique, les dirigeants des Intrépides du Chêne-Bleu, en collaboration avec Hockey Canada, avaient organisé une journée d’entraînement pour les hockeyeurs de la région.

Belle réponse avec 85 athlètes présents et une vingtaine sur la liste d’attente.

Tout ça pour dire que lors de l’exercice du midi, j’ai été jeter un œil sur les efforts de mon gars.

Il trouvait ça difficile. Après un long week-end sur la route, les couvre-feux un peu tardifs.

Mais j’ai vu un joueur des Intrépides lui tendre la main, le prendre à part, lui expliquer l’exercice, le faire reprendre, mais surtout l’encourager.

Je veux dire merci à ce joueur. Bravo jeune homme, tu as réussi à mettre un sourire à mon loup. Celui-ci m’a avoué en fin de journée que tous les joueurs des Intrépides, qui donnaient un coup de main aux entraîneurs d’Équipe Canada, avaient été gentils.

Félicitations les gars. Donner du temps et offrir des sourires aux jeunes joueurs, ça fait souvent la différence. Vous êtes passés par là et vous savez ce que c’est. Bonne chance pour le reste de la saison et bon succès. Vous le méritez.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *