Jean-Dominic Leduc parmi les super-héros

Jean-Dominic Leduc est un passionné de bandes dessinées. Il est l’auteur de Demi-Dieux.
Jean-Dominic Leduc est un passionné de bandes dessinées. Il est l’auteur de Demi-Dieux. (Crédit: Christopher C. Jacques)

Comiccon de Montréal – Ce weekend se tenait à Montréal la 7e édition du Comiccon de Montréal. Un auteur d’ici y était.

Le Comiccon de Montréal est un événement destiné aux amateurs de culture populaire à l’occasion duquel ces derniers ont la chance de rencontrer des artistes et de voir un large éventail de produits issus de l’univers du divertissement : science-fiction, horreur, bandes dessinées, manga ou encore jeux vidéo.

On y retrouve une grande diversité d’exposants ainsi que des éléments marquants de films ou de séries télévisées. Les déguisements, mieux connus sous le nom de cosplay, sont aussi un incontournable de ce type de rassemblement. Ainsi, des Spiderman, des Jedi, et des personnages de Disney, notamment, se côtoyaient pacifiquement pendant trois jours.

Demi-Dieux

Parmi ce public disparate, mais uni pour sa passion de la culture de populaire se trouvait l’auteur Jean-Dominic Leduc, originaire de Salaberry-de-Valleyfield, et chroniqueur chez VIVA média. Ce dernier, en plus de sa carrière de comédien, est un passionné de bandes dessinées. Sa passion l’a amené, il y a quelques années, a lancé une recherche sur l’histoire des super héros ncréés par des auteurs québécois. Ce travail de longue haleine a mené à la rédaction de Demi-Dieux.

Le passionné ne sent pas dépaysé alors qu’il est entouré d’une faune quelque peu surréaliste. « Je côtoie ce type d’événements depuis 20 ans. Je suis allé à Angoulême en 2005, à Toronto, à New York. On vit dans une société où les divertissements tentent de reproduire la réalité. Le Comiccon va à l’encontre de ça. C’est un endroit où la science-fiction a le droit d’exister, où on a le droit de rêver, philosophe Jean-Dominic Leduc. Depuis ses débuts l’humanité se déguise. Il n’y a aucun mal à voir des gens le faire et vivre leur passion pour la culture populaire. »

Les visiteurs, entre autres, pouvaient contempler une voiture issue du film Mad Max.
Les visiteurs, entre autres, pouvaient contempler une voiture issue du film Mad Max. (Crédit: Marie-Pierre Hardy)

Il se réjouit aussi de voir à quel point le rassemblement annuel est devenu ouvert et hétérogène. « On voit des enfants, des familles, des personnes âgées, des hommes, des femmes. Combien d’autres événements attirent une si grande variété? Je n’en vois pas beaucoup », commente-t-il.

Enfin, en quoi se déguiserait Jean-Dominic Leduc s’il y était obligé pour toujours? « J’irai certainement avec l’homme invisible. Un genre de Susan Richards, l’Invisible Woman des Fantastic Four. Après tout, une fois que tu es invisible, que tu sois un homme ou une femme ne change pas grand-chose. »

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

2 commentaires

  1. Pingback: De la presse dans Viva Media | mem9ire.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *