Jean Villeneuve, l’aquarelliste amoureux des couleurs

Cela fait 30 ans que Jean Villeneuve a découvert l’aquarelle, cette technique si imprévisible, mais combien passionnante selon lui. Si l’artiste de 81 ans a pris une pause de quelques mois récemment, il revient en force avec l’exposition Entre passions et couleurs 2 qui sera présentée à la maison Trestler du 26 mai au 11 septembre.

Avant de tomber en amour avec l’aquarelle, Jean Villeneuve a travaillé en scénographie à Radio-Canada, au Théâtre du Nouveau Monde et dans des théâtres d’été, pendant trois ans. Puis, il est retourné à l’université pour devenir professeur, ce qui l’a mené au poste de directeur d’école. À l’aube de prendre sa retraite, sa conjointe l’a traîné à une exposition d’aquarelle de Ming Ma : c’est là que la flamme s’est allumée.

Développer une passion

Il a pris deux années de cours avec cet artiste qu’il avait trouvé extraordinaire. Par la suite, il a continué à développer sa technique avec Nicole Foreman, Diane Boilard, Roland Palmaerts, Mel Stabin et Eric Wiegardt.

« Il y en a un qui disait : tu regardes, tu penses vite, tu peins vite. Il faut que ça marche avec des sentiments. Libère-toi et vas-y. Ce sont des gens qui travaillaient de façon très libre et fluide », explique Jean Villeneuve dont l’automatisme occupe une place prépondérante de sa démarche.

La nature, les fleurs, les paysages, la mer et un beau coucher de soleil l’inspirent. Il fuit les froids hivers québécois, chaque année, pour retrouver la chaleur de la Caroline du Sud et de l’île Saint-Martin, où il rend visite à son fils. De surcroît, cet exil hivernal lui permet de côtoyer un environnement coloré qu’il peut immortaliser dans ses œuvres.

Surprenante aquarelle

Toile, papier, carton, yupo, clayboard… Les surfaces pouvant accueillir l’aquarelle sont nombreuses. Le style de Jean Villeneuve va du figuratif à la frontière figurative. Se définissant comme un coloriste, les compositions de l’artiste sont largement inspirées par les sentiments où la spontanéité joue un rôle très important.

« C’est les surprises en aquarelle que j’aime. C’est beau quand ça coule et que ça se promène. Les gens disent souvent : l’aquarelle c’est de la peinture à l’eau. Non, ce n’est pas de la peinture à l’eau. C’est plus que ça », affirme l’artiste qui avoue ne garder que 50 % de son travail, car l’aquarelle est difficile et bien imprévisible.

Découvrir l’artiste

Nouveau dans la région, depuis deux ans, Jean Villeneuve est très heureux de pouvoir exposer à la maison Trestler et d’avoir la chance d’embarquer les gens dans son cheminement et ses couleurs. Les visiteurs pourront échanger avec lui le 26 mai lors du vernissage, mais aussi les 3 et 10 juillet, alors qu’il sera présent à la maison pour échanger avec les citoyens.

« Peindre, pour moi, c’est chercher, découvrir, oser, réaliser. Peindre, pour moi, c’est vouloir amener le spectateur à voyager à travers mon monde par la route de l’intensité de mes couleurs et des sentiments qui me les font exprimer », conclut l’aquarelliste.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ