Des jeunes du secondaire deviennent critiques de théâtre

Pièce Bonjour là, Bonjour de Michel Tremblay présentée au théâtre Denise-Pelletier. Crédit photo Gunther Gamper

Une sortie au théâtre Denise-Pelletier à Montréal devient un événement culturel d’importance et un lieu d’apprentissage unique pour des jeunes de l’école secondaire de la Cité-des-Jeunes à Vaudreuil-Dorion.

À l’entrée, sur les prémices de l’école secondaire, tout semblait tout à fait normal. Bon… normal pour une école secondaire. En ce début d’hiver, il y avait cette odeur nostalgisante des casiers humides, le langage mélodieux des jeunes évoquant un accent semi-français et semi-antillais, la désinvolture des déplacements comportants des mouvements de hanches borderline claudicants volontaires et finalement le bruit! Oui, le bruit, c’était clairement l’heure du dîner.

À attendre, M. Michaël Grégoire, jeune professeur du secondaire. Son enthousiasme contagieux et sa conviction pour l’enseignement, comme pour la culture en général, sont évidents. « C’est ça! Nous sommes allés voir la pièce de Michel Tremblay, Bonjour, là, Bonjour, en l’honneur des cinquante ans de la pièce Les Belles-sœurs. Mais nous ne sommes pas allé voir Les Belles Sœurs, même si c’était le cinquantième » dit-il, avec une mimique de contradiction, l’air un peu moqueur, les yeux pétillants et heureux de voir que ses jeunes auront une couverture médiatique.

Pièce Bonjour là, Bonjour de Michel Tremblay présentée au théâtre Denise-Pelletier. Crédit photo Gunther Gamper

Les activités culturelles ne manquent pas et les initiatives de Michaël sont toutes aussi nombreuses. Inscrivant ses élèves à des concours littéraires, il a même connu la joie de voir de ses élèves gagner des prix qui leur ont permis de voir leur texte prendre forme en pièce de théâtre.

« Pour les élèves, c’est une superbe expérience qui leur permet de prendre contact avec la réalité du théâtre, ajoute-t-il clairement passionné par son métier, et chaque année les étudiants de la Cité-des-jeunes, se distinguent par leur curiosité, leur intérêt. Ils sont attentifs et posent des questions. »

Quant aux étudiantes présentes, il y avait Jade et Daphné qui de prime abord affichaient un air timide, mais qui ont clairement eu un regain de vie en nous parlant de leur expérience.

« J’ai vraiment aimé les scènes où les personnages étaient tous ensemble parce que nous pouvions voir les différents personnages et leurs différentes personnalités puisqu’ils étaient distincts l’un de l’autre », dit Jade avec un enthousiasme encore évident.  « J’ai aimé rencontrer les comédiens, ont a pu poser des questions par rapport à la mise en scène, du comment ils apprennent leurs textes… c’était assez intéressant! J’aime vraiment aller voir une pièce de théâtre, c’est quasiment mieux qu’un film » dit Daphné.

Ayant travaillé très fort sur leur critique, Jade et Daphné ont accepté de combiner leurs textes respectifs à titre d’exemple. Vous trouverez le texte en dessous de la vidéo, contenant nos entrevues, ci-dessous.

Bonjour, là, bonjour ; une histoire à redécouvrir

Écrite il y a plus de quarante ans, la pièce Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay est actuellement présentée au théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 5 décembre dans une mise en scène de Claude Poissant. L’histoire se passe aux alentours des années 70 : Serge, le plus jeune de sa famille, revient d’un voyage en Europe. Il détient un grand secret et doit confronter son entourage. On découvre, au fil de l’histoire, ses quatre soeurs. Lucienne, la plus âgée, semble avoir une vie de rêve, mais ne peut s’empêcher de souffrir profondément. Monique, elle, se plaint de son sort et a un attrait particulier pour les pilules. Denise, un personnage drôle et attachant, a de la difficulté à accepter son poids et essaie de le cacher. Et finalement, la belle Nicole qui partage les cachotteries de son frangin. On goûte à chacun de leurs récits emplis de passions douloureuses.

Dès le début, on nous plonge dans cette histoire bouleversante. Serge et Nicole, frère et soeur, mais aussi amoureux, nous font mieux comprendre le grand tabou de l’inceste. On assiste au déroulement de cette histoire d’amour passionnel. Malgré le fait que l’on puisse trouver dérangeant qu’ils soient de la même famille, on ne peut s’empêcher d’être saisis par leur amour fusionnel.

À l’aide d’une mise en scène éblouissante, Claude Poissant nous fait redécouvrir cette magnifique histoire d’amour interdite. La touche personnelle du metteur en scène se voit à travers chaque tableau. Par exemple, Serge précise toujours si c’est un dialogue, un octuor ou un monologue que vivent les personnages. Aussi, les échanges entre les personnages ont lieu à des moments différents, mais l’auteur les restitue dans une même scène. Même si c’est particulier, cela demeure étonnamment compréhensible.

Le décor imposant amplifiait l’importance des lieux banals. Les murs très hauts donnaient de la grandeur à la scène et à la pièce en général. Et vers la fin, la scénographie s’accomodait magnifiquement avec l’agitation des personnages et faisait littéralement basculer le décor, ajoutant ainsi un aspect dramatique et libérateur à la tournure finale de l’oeuvre.

Claude Poissant a très bien inclus les éléments des années 70, comme les costumes qui convenaient parfaitement à l’époque. Ils avaient tous des teintes respectives, ce qui aidait à différencier et à reconnaître les personnages. Cet aspect contribuait du même coup à s’agencer magnifiquement aux couleurs de l’histoire.

Le jeu des comédiens, notamment Gilles Renaud, dans le rôle du père, était très juste et vraisemblable. Chacun des personnages avait une personnalité unique et très distincte des autres. Tout compte fait, c’était d’une grande pureté.

En somme, cette histoire nous permet d’avoir un regard intérieur plutôt original sur le sujet de l’inceste. Si vous ne pouvez assister à une représentation de cette splendide pièce de Michel Tremblay, une véritable légende du théâtre québécois, sa lecture est fortement recommandée. Bref, Bonjour, là, bonjour est un morceau d’anthologie qui mérite d’être vu, écouté et lu par tout un chacun. 

Daphné Benoit et Jade Croteau

4e année du secondaire

École secondaire de la Cité-des-Jeunes

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *