15 ans de brassage d’idées au Café Agora

Photo Café Agora
Photo Café Agora

Libérer la parole pour un monde solidaire, c’est la mission que poursuit le Café Agora, depuis 15 ans.

 Le projet d’origine était un café socioculturel à Valleyfield. Membre fondateur et président depuis le début, Pierre LaGrenade explique que cette idée n’a pas abouti même s’ils ont porté ce projet pendant longtemps et que des activités de financement ont permis d’amasser des fonds.

« Au cours de la dernière année, on a supporté un petit groupe qui lui a réussi à rassembler les compétences et des gens qui sont intéressés à faire un café socioculturel, qui va s’appeler la Factrie. Café Agora a décidé de lui destiner l’argent qu’il avait amassé, soit un montant de 15 000 $ », révèle Pierre LaGrenade.

Actualité et discussions

Le Café Agora organise, bon an, mal an, près d’une dizaine de conférences. Celles-ci attirent et brassent, chaque fois, les idées de 40 à 100 participants. C’est derniers peuvent interagir après la conférence choisie en fonction de l’actualité.

« On essaye d’analyser la conjoncture et de voir quels sont les sujets qui risquent de susciter de l’intérêt. On prévoit déjà, pour l’automne, les élections américaines. On prend aussi obligatoirement un sujet international qui nous sort de notre environnement nord-américain », explique Pierre LaGrenade en soulignant que le Café Agora n’est pas une organisation politique.

Des héros régionaux

Dès sa deuxième année, l’organisme sans but lucratif a créé le prix Don Quichotte, un concept imaginé par l’artiste multidisciplinaire Claude H. Vallée. Les récipiendaires ont en commun d’avoir cru en un projet qui, au départ, pouvait paraître utopique, mais qui s’est concrétisé grâce à leur acharnement et à leur constance. La Popotte roulante a impressionné le jury par sa persistance. Elle se verra remettre, jeudi prochain, le prix Don Quichotte 2016.

« C’est un organisme qui à l’origine, il y a une quarantaine d’années, n’avait accès à aucun financement. Ce sont des groupes de bénévoles qui ont pris cela en main. Cela a gagné en ampleur et en importance. Actuellement, une centaine de bénévoles y travaillent », souligne le président du Café Agora faisant remarquer qu’avec le vieillissement de la population ce type d’organisme est de plus en plus sollicité afin de contrer l’isolement.

Les conférences du Café Agora ont toujours lieu un dimanche matin et comprennent un petit déjeuner. La formule assez conviviale, qui se déroule dans un local loué à la ville de Valleyfield, n’est pas prête de disparaître. Le petit noyau de personnes qui prend soin de l’organisme désire continuer à susciter les discussions et le brassage d’idées.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ