Arnaque de l’automne

Cette semaine j’ai enfilé un foulard et un air chiant et je me suis déguisé en poète. Sans prétention, tout simplement un exercice littéraire avant l’hiver. La semaine prochaine, je vous promets que je redeviens un comique…
Les ficelles filant sous le suroit
Fredonnent une mélodie aride
Une tentation de sang froid
Aux arrières goûts acides
Avance, devance et va de l’avant
Sa pureté grimpe aux narines
Froisse le frimas, le grain blanc
Et décolore les racines
Sous cette emprise incomprise
Forçant la serrure en verre
Il essaie, mais s’épuise
Avant les sommets de l’hiver
Son désir ascendant
Monte jusqu’à la moutarde
Cet effet de mou tarde la volonté
S’agrippe à sa grippe
Pile et face à cette royauté
Qui prend du galon
Et trônera sous les frissons
Coude à coude réfléchi et franchie
Elle s’écroule, la branche qui fléchie
Même exténué de joie, nous envions
Le plaisir et la folie des bourgeons.

À propos de l'auteur

Etienne Dano

Chroniqueur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *