Le Festival de BD francophone de Québec

bd.jpg
FBDFQ 13-17 avril 2016 fbdfq.com

Fondé en 1988 par feu Richard Fillion, le Festival de bande dessinée francophone de Québec (FBDFQ) demeure à ce jour le plus ancien festival du genre dans la belle province. Son président actuel en poste depuis 12 ans Thomas-Louis Côté travaille, avec son équipe, aux derniers préparatifs de la 29e édition qui se tiendra du 13 au 17 avril.

Après plusieurs années d’errance dans différents centres commerciaux, l’événement a enfin élu domicile au Centre des congrès de Québec en 2005 dans le cadre du Salon international du livre de Québec.

Depuis, le festival n’a cessé de bonifier son offre événementielle des plus copieuse, où la bande dessinée y côtoie notamment d’autres médiums (danse, improvisation, musique, cirque), s’affranchissant du même souffle de sa base composée presque exclusivement de collectionneurs et chasseurs de dédicaces. Cette orientation éditoriale novatrice lui permet seulement de se démarquer de l’offre nationale, mais aussi de tisser des liens à l’international, notamment avec les festivals d’Angoulême et de Lyon. Le FBDFQ, en collaboration avec Parenthèse 9, assure un calendrier événementiel fort chargé à l’année. Cette hyperactivité – auteurs en résidence, BDThèque, Les Rendez-vous de la BD, etc. – s’explique aussi par le fait que très peu d’éditeurs spécialisés en bande dessinée ont pignon sur rue dans la vieille capitale, d’où l’importance de dynamiser le milieu différemment.
Dans l’antichambre du trentième anni-versaire, plusieurs lancements, exposi-tions, conférences et visionnements sont au programme. Les Prix Bédéys Causa accueilleront, quant à eux, une nouvelle distinction saluant le regretté cofondateur du magazine Croc et auteur de Sombre Vilain Jacques Hurtubise.

À propos de l'auteur

Jean-Dominic Leduc

Chroniqueur

Vous aimerez également

4 commentaires

  1. Jean-Dominic Leduc
    Jean-Dominic Leduc

    Une erreur s’est malencontreusement glissé dans mon texte : c’est bien à Réal Fillion et non pas Richard Langlois que revient la création du Festival de la BD francophone de Québec – FBDFQ. Mes plates excuses.

    Répondre
  2. Line Arsenault

    Bonjour Jean-Dominic,
    je ne comprends pas ce que veux dire “se démarquer de l’offre nationale” dans ce contexte.

    line Arsenault

    Répondre
    1. Jean-Dominic Leduc
      Jean-Dominic Leduc

      Cela signifie que les autres festivals BD du Québec (Montréal, Prévost, Gatineau, Sherbrooke et Shawinigan) n’investissent pas le champ événementiel comme le fait le FBDFQ, d’où le fait qu’il se démarque de l’offre nationale.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *