Question de la semaine dans Vaudreuil : La pénurie de main-d’oeuvre

Chaque semaine, vos candidats dans Vaudreuil et Soulanges seront invités par VIVA média à répondre à une question qui touche l’un des enjeux principaux de leur circonscription respective. Les candidats et les candidates sont invités à répondre à nos questions en 100 mots. Au-delà de 100 mots, le texte est coupé. Les réponses sont publiées telles quelles, sans reformulation ou révision de la part de notre équipe.

Depuis les deux dernières années, la crise de la pénurie de main-d’œuvre dans Vaudreuil-Soulanges s’accélère. Des entreprises de tous les domaines éprouvent des difficultés à recruter des employés.

Quelles mesures seront prises pour favoriser l’accès à la main d’œuvre pour les entreprises de la région touchées par ce phénomène ?

Marie-Claude Nichols, Parti libéral du Québec

L’économie va bien, le Québec est prospère! Toutefois nous faisons face à un défi de rareté de la main-d’œuvre. On ne peut se priver d’aucun bassin de main-d’œuvre, notamment ceux qui ont recours à l’aide financière de dernier recours. Il est prouvé que si on intervient rapidement auprès de ces nouveaux demandeurs, nous pouvons les aider à réintégrer le marché du travail. Il est essentiel de créer un sentiment d’appartenance pour nos citoyens, travaillons avec les acteurs du milieu pour mettre en place des mesures incitatives et les garder sur notre territoire, où il fait tellement bon de vivre!

Claude Bourbonnais, Coalition Avenir Québec

Je travaillerai sur plusieurs fronts. Je pense notamment aux incitatifs fiscaux pour encourager la participation au marché du travail le plus longtemps possible; valoriser le travail à temps partiel pour ceux que cela accommode. Il faudra aussi valoriser les parcours de formation professionnelle et technique notamment par la multiplication des programmes études-travail. Assurer une meilleure régionalisation des immigrants; faciliter la reconnaissance de leurs diplômes et de leurs acquits; réduire les délais interminables de traitement de leurs dossiers; faciliter le recrutement à distance par les entreprises.

Philip Lapalme, Parti Québécois

Outre les emplois à bas salaires, à horaires atypiques ou saisonniers, le manque de candidats à l’emploi se fait sentir à l’autre extrême pour les postes  très spécialisés pour lesquels les employeurs peuvent opter pour l’immigration afin de combler leurs besoins.

Le Parti québécois veut que les candidats à l’emploi qui proviennent de l’étranger disposent, avant leur arrivée au Québec, d’une connaissance suffisante du français pour intégrer immédiatement leur emploi et la société québécoise. Cette mesure est particulièrement importante pour Vaudreuil où l’usage de la langue française a reculé ces dernières années.

Jason Mossa, Parti Vert du Québec

Nous proposons une augmentation rapide du salaire minimum à 15$/ heure, indexé à l’inflation, comme planifié par l’Ontario en janvier 2019. Nous allons miser sur la formation des travailleurs, afin d’enseigner des compétences transférables et qui sont adaptées aux changements technologiques, de même que pour les travailleurs ayant des incapacités. Une réforme des normes de travail est nécessaire afin d’améliorer les conditions de travail telles que les droits, la santé et la sécurité, et les congés. Une harmonisation des subventions sera présentée pour le maintien des sièges sociaux, des filiales et des emplois de la région.

Igor Erchov, Québec Solidaire

La pénurie de la main d’œuvre est l’indice du dévéloppement économique déséquilibré, car elle signale que les conditions de travail ne sont pas suffisantes pour attirer les travailleur-es. De nouveau, Québec solidaire propose des solutions à long terme pour régler le problème de pénurie en améliorant les conditions de travail. L’augmentation du salaire minimum à 15$ avec un plan de transition de 100 millions $ sur 5 ans visant à aider les PME à s’adapter au changement ainsi que les vacances de 4 semaines pour tout-e travailleur-e faciliteront sans doute le recrutement.

 

Daniel Pilon, Citoyen au pouvoir du Québec

Salut citoyens de Vaudreuil. Tout d’abord, s’il y a une pénurie en économie, c’est qu”il y a un déséquilibre entre l’offre et la demande. Citoyens au Pouvoir  prônent l’augmentation du salaire minimum à 15$/heure. avec des mesures qui feront que ce sera positif dans l’économie. Des entreprises dont le dernier bénéfice net est de moins de 100000$ se verra en mesure de réclamer un crédit d’impôt de 50%  du coût total de la hausse. Au delà de 100000$ de bénéfice, un ajustement graduel se fera jusqu’à la hauteur de 600000$ de bénéfice.

 

Ryan Robertson, Parti conservateur du Québec

With limited technical education available in Vaudreuil, we either compete… or we don’t. We can re-introduce trade classes into our high school curriculum in an attempt to drive down the cost of technical training. Or, we can say “Enough is enough”. Enough, driving businesses and their interests elsewhere with language laws. Enough, with a government that makes qualified students/candidates choose between gainful employment and their culture. As Vaudreuil’s population increases so does the cost of living. Without incentives for companies to foster our community’s growth we will go the way of the West Island… outsourced…a workforce bought and paid for…

Note de la rédaction : Ryan Robertson a souhaité répondre à la question en anglais.

À relire

Question 1 : Dossier de l’autoroute 20 

 

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *