Quelle est l’une des principales causes des consultations à l’urgence ?

(Photothèque)

Les salles d’urgence débordent continuellement. Parmi les raisons des consultations, l’une d’elles est particulièrement grave.

Pour la première fois depuis 5 ans, la pneumonie a figuré l’an dernier parmi les 10 principales causes de visites aux services d’urgence au Canada. Selon l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), plus de 100 000 visites à l’urgence étaient liées à une pneumonie en 2017-2018, ce qui constitue une hausse de 13 % par rapport à l’année précédente. Plus d’une fois sur 4, les visites à l’urgence en raison d’une pneumonie déclarée se sont soldées par une hospitalisation d’au moins une nuit.

Les 3 principales raisons des visites à l’urgence étaient la douleur pelvienne, la douleur à la gorge et à la poitrine ainsi que l’infection aiguë des voies respiratoires supérieures, qui ensemble ont entraîné environ un million de visites à l’urgence déclarées l’an dernier.

La pneumonie, un problème qui touche non seulement le service d’urgence d’un hôpital, mais l’établissement en entier, figure constamment parmi les premières causes de décès à l’hôpital. L’an dernier, environ 65 % des personnes hospitalisées en raison d’une pneumonie étaient âgées.

« La pneumonie est une maladie grave qui inquiète continuellement le personnel des services d’urgence », déclare Greg Webster, directeur des Services d’information sur les soins ambulatoires et de courte durée à l’ICIS. « À l’approche des temps froids, ces nouvelles données rappellent à tous les Canadiens l’importance de se prémunir contre la pneumonie. Les précautions d’hygiène, la vaccination et le respect des recommandations de nos bureaux de santé publique prennent tout leur sens en cette période de l’année. »

Toujours selon les données de l’ICIS, le nombre de visites à l’urgence ne cesse d’augmenter au Canada. On a déclaré plus 11,4 millions de visites à l’urgence en 2017-2018, contre 11,2 millions en 2016-2017.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. Gaetan Brouillette

    C’est bien mon cas, en décembre 2016, je suis vacciné pour la pneumonie. Et au printemps 2017, je fais un sérieuse pneumonie, qui nécessite une visite à l’urgence. Cinq jours d’hospitalisation, et la médecin qui me dit “Vous êtes chanceux, d’être en forme. Car vous auriez peu sortir les pieds devant”.
    Est-ce que le vaccin était efficace?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *