Possible nouvelle vague de vers intestinaux à Rigaud

À la fin du mois d’août, quelques cas d’oxyurose (ver intestinal) avaient été répertoriés au sein des enfants fréquentant le camp de jour de Rigaud. La nouvelle avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux.

Or, il semble qu’une deuxième vague aurait été observée cette semaine. Selon ce que rapporte une citoyenne de Rigaud, une quinzaine de cas auraient été rapportés à la clinique de Rigaud dans les derniers jours.

La rumeur semble circuler au sein de certains réseaux de parents. VIVA média est en attente de clarifications et de détails de la part des autorités en santé publique à ce stade-ci.

Rappel

Même si ce problème de santé est sans gravité, il demeure extrêmement contagieux. La vigilance, la prévention et la prise en charge rapide sont donc de mise.

Plus d’informations

L’oxyurose est une infection intestinale commune causée par un petit ver blanc et rond, long de 1 cm et ressemblant à un fil. Les vers déposent des œufs dans la région de l’anus pendant la nuit.

Manifestations

L’oxyurose touche surtout les enfants de 5 à 10 ans. L’infection peut se manifester par des démangeaisons à l’anus, surtout la nuit, de l’irritabilité et un sommeil agité. Elle peut, dans certain cas, causé des douleurs abdominales ou des troubles digestifs. Cependant, l’infection est souvent sans symptômes.

En cas de doute, il est recommandé aux parents de faire le «test de la lampe de poche». Il s’agit d’inspecter visuellement la région périanale de l’enfant une à trois heures après qu’il s’est endormi.

Transmission

La transmission de l’oxyurose se fait par l’ingestion d’œufs qui contaminent les mains, les vêtements, la literie, les serviettes et autres objets ou aliments. Le risque que l’infection se transmette aux membres d’une même famille est de 75 %, ce qui est considérablement élevé.

Traitement

La personne atteinte et toutes les personnes habitant avec elle doivent recevoir un traitement de façon simultanée, qu’elles soient symptomatiques ou non. Le traitement doit être répété après deux semaines. Il est important de suivre les recommandations du médecin, du pharmacien ou du fabricant. La personne atteinte peut continuer d’aller au service de garde ou à l’école.

Autres mesures

Comme le traitement n’élimine pas les œufs, des mesures d’hygiène personnelle peuvent aider à diminuer le risque de se réinfecter ou de transmettre l’infection :

― Garder les ongles courts pour éviter que les œufs se retrouvent sous les ongles.

― Se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon, surtout avant les repas et collations, avant la préparation de la nourriture, après être allé aux toilettes ou après avoir changé une couche.

― Ne pas se ronger les ongles, ne pas gratter la région de l’anus et ne pas porter les mains à la bouche.

― Changer de sous-vêtements et de pyjama tous les jours.

― Prendre une douche le matin pour éliminer les oeufs de la région de l’anus. La douche est préférable au bain, car l’eau du bain risque d’être contaminée.

― Lors du traitement : Laver à l’eau chaude la literie, les serviettes et débarbouillettes ainsi que les doudous de toutes les personnes traitées; Passer l’aspirateur dans les chambres.

― Éviter de secouer les draps et les vêtements pour prévenir la dispersion des œufs dans l’environnement.

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *