La contestation dans la rue

Le mouvement Refusons les compteurs manifeste

Près de 500 personnes ont manifesté dans les rues de Montréal contre le déploiement des compteurs intelligents d’Hydro-Québec. Des citoyens de Vaudreuil-Soulanges, de Salaberry-de-Valleyfield et des environs ont pris part à ce rassemblement, organisé par le mouvement Refusons les compteurs.

Une cinquantaine de manifestants de la région ont pris part à la manifestation nationale contre le déploiement des compteurs intelligents d’Hydro-Québec. © Photo : Valérie St-Onge
Une cinquantaine de manifestants de la région ont pris part à la manifestation nationale contre le déploiement des compteurs intelligents d’Hydro-Québec. © Photo : Valérie St-Onge

C’est sous un ciel radieux qu’ont scandé « Non aux compteurs intelligents! » des centaines de personnes à Montréal. C’est d’abord au square Victoria, en face des bureaux de la Régie de l’énergie, que ce sont donné rendez-vous les opposants au projet d’installation des compteurs de nouvelle génération (CNG) d’Hydro-Québec. Ce point de rassemblement n’était pas le fruit du hasard : la Régie de l’énergie est en pleine période d’audience quant à la poursuite du déploiement des phases 2 et 3 de la société d’État.

Lors du rassemblement, quelques personnes ont témoigné de leurs symptômes d’électrosensibilité. Le député de Québec solidaire Amir Khadir s’est aussi adressé à la foule, réitérant l’appui de son parti pour l’abolition des frais de retrait des CNG.

Les manifestants ont fait un premier arrêt devant l’édifice d’Hydro-Québec. Les porte-parole ont alors rappelé leur volonté d’arrêt immédiat du déploiement, le droit de retrait sans frais et un décret ministériel à ces propos. La marche s’est conclue dans la rue Sherbrooke, au pied des bureaux du premier ministre élu Philippe Couillard.

Par ailleurs, la campagne des cœurs blancs a été lancée par le mouvement Refusons les compteurs en signe d’appui aux personnes électrosensibles. Notons que la Régie de l’énergie aurait reçu plus de 400 témoignages, dont 25 % seraient des cas associés à des symptômes d’électrosensibilité.

À propos de l'auteur

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *