Enbridge s’explique pour Sainte-Justine-de-Newton

: Les travaux amorcés par Enbridge Pipelines à Sainte-Justine-de-Newton devraient être finalisés sous peu. Photo Stéphane Fortier

Suite à l’article paru dans l’édition du 19 avril du journal L’Étoile du 19 avril, à propos du 7e rang à Sainte-Justine-de-Newton qui présente un aspect peu reluisant en certains endroits, la compagnie Enbridge, qui y a effectué des travaux il y a peu de temps, a tenu à réagir aux propos tenus par un citoyen de l’endroit.

De fait, Daniel Schandelmeyer, outre le fait de dénoncer la malpropreté  mentionnait que « la compagnie Enbridge Pipelines est venue faire des travaux et a laissé les lieux dans un piètre état. Ils n’ont jamais réparé. Qui va effectuer les travaux? La Municipalité? Et nos taxes vont augmenter à cause de ça? »

Cette déclaration a fait vivement réagir l’entreprise, spécialisée dans le transport de produits pétrolier par pipelines, et son porte-parole Eric Prud’Homme, Chef, Engagement communautaire chez Enbridge.

« Les travaux mentionnés sont fait dans le cadre de notre programme excavations relative à l’intégrité.  La prévention est cruciale. Nous nous assurons que nos pipelines sont sains et prêts à l’usage à tous égards. Depuis 2012, nous avons dépensé 3,78 milliards $ en entretien, inspection et détection de fuites sur l’ensemble de notre réseau d’oléoducs », soutient Éric Prud’Homme.

L’excavation relative à l’intégrité est la technique employée pour effectuer une inspection visuelle. Chaque fouille suppose l’excavation d’un tronçon du pipeline enfoui afin de pouvoir la nettoyer et l’examiner soigneusement.  « Si nous constatons une défectuosité, nous la réparons, posons un nouveau revêtement et enfouissons le pipeline à nouveau. Dans certains cas, nous sectionnons le vieux tronçon du pipeline pour pouvoir y souder un nouveau tube. Une excavation relative à l’intégrité peut prendre de deux jours à deux semaines, selon la nature de l’empreinte et les résultats de l’inspection visuelle », indique le représentant d’Enbridge.

Selon lui, l’entreprise procède aux excavations relatives à l’intégrité dans le respect des normes environnementales les plus rigoureuses et en suivant le conseil donné  à la population soit de  creusez de façon sécuritaire, et d’appeler  à l’avance  de façon à ce que les autres services publics souterrains puissent être jalonnés et protégés avant qu’une des pelles rétrocaveuses ne commence à creuser. « Nous formons également les ouvriers, les soudeurs et les inspecteurs, et nous nous assurons que nos entrepreneurs qui travaillent à proximité du pipeline sont qualifiés pour le faire. Dans le cas qui nous concerne nous sommes à l’étape finale : Septième étape : Remblayage et nettoyage.  Une fois le nouveau revêtement posé, on procède au remblayage. On enlève les jalons et l’on remet en état le paysage endommagé. Selon la période de l’année où les travaux sont exécutés, il se peut qu’il faille reporter au printemps suivant les travaux de remise en état. Le site sera surveillé », assure celui qui confirme que les travaux seront complétés, lorsque la température le permettra. « Depuis plus de 40 ans nous effectuons ce genre de travaux et ils sont toujours complétés. Nous prenons des arrangements avec les propriétaires terriens afin de minimiser les impacts et nous informons les autorités municipales et provinciales au sujet des travaux. De plus, ces travaux sont à 100% à nos frais et n’engendrent aucun frais aux municipalités. Dès lors il ne devait y avoir aucune inquiétude quant à des augmentations de taxes quel que stipule par M. Schandelmeyer », de conclure Éric Prud’homme.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ