Décès d’un travailleur de ferme : la thèse de l’intoxication est confirmée

À la suite de son enquête, la CNESST a donc retenu comme principale cause du décès une intoxication sévère au dioxyde d’azote suivant une exposition aux gaz dégagés par de la luzerne en fermentation. Photothèque

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu public, le 18 octobre dernier, le rapport concernant le décès d’un travailleur de la Ferme Belcourt enr. à Saint-Polycarpe en septembre 2016.

Il faut se rappeler que le 11 septembre 2016, Henri André, employé journalier à cette entreprise agricole à Saint-Polycarpe, perdait la vie après avoir été exposé, quelques jours auparavant, à des gaz de fermentation dans un silo.

À la suite de son enquête, la CNESST a donc retenu comme principale cause du décès une intoxication sévère au dioxyde d’azote (NO2) suivant une exposition aux gaz dégagés par de la luzerne en fermentation.

Travailleur exposé à des gaz de fermentation

Le 4 septembre 2016,  Henri André s’affairait à niveler de la luzerne entreposée dans un des silos de la ferme. Pour ce faire, il manœuvrait une fourche à partir d’une plateforme fixée à l’extérieur du silo. Le travailleur est ensuite entré à l’intérieur du silo, par une porte coulissante, à partir de la plateforme fixée à ce dernier, le temps de finaliser le nivelage de la luzerne. Une fois le travail terminé et le travailleur de retour sur le sol, il a commencé à éprouver des maux de tête. Son état de santé se détériorant, il a été transporté à l’Hôpital du Suroît. Quelques jours plus tard, il a été transféré à l’Hôpital général de Montréal, où il est décédé, le 11 septembre 2016.

Causes

La CNESST a identifié deux causes expliquant l’accident. D’une part, le travailleur a subi une intoxication sévère au NO2 à la suite d’une exposition aux gaz dégagés par la luzerne en fermentation. Le remplissage du silo avec de la luzerne ayant débuté la veille, le processus de fermentation de la luzerne était déjà amorcé au moment où le travailleur est entré dans le silo. Cette fermentation dégage des gaz, notamment du gaz carbonique (CO2) et du NO2. Ce dernier est particulièrement toxique et peut avoir un effet à retardement.

D’autre part, la méconnaissance des dangers présents dans les silos ainsi que l’absence de méthodes de travail sécuritaires et de formation ont exposé le travailleur aux gaz de fermentation. En effet, au moment de l’embauche, les travailleurs n’avaient reçu aucune description des tâches à accomplir ni de formation spécifique concernant la santé et la sécurité du travail.

Afin de sensibiliser les milieux de travail, la CNESST transmettra les conclusions de ce rapport à l’Union des producteurs agricoles et à l’Association canadienne de sécurité agricole.

Précautions à prendre

Responsable du dossier de la santé et la sécurité dans Vaudreuil-Soulanges, Robert Sauvé, producteur agricole de Saint-Polycarpe, croit que oui, il faut prendre des précautions. « C’est une malchance terrible qui s’est produite l’année dernière et il est arrivé un accident du même genre dans le centre du Québec,  il y a quelques jours », mentionne Robert Sauvé d’entrée de jeu. Ce dernier parle d’un outil qui pourrait être bien utile pour limiter les risques, soit le détecteur de gaz. Cela fait partie des précautions à prendre et même si le coût est élevé, la vie n’a pas de prix. Le port du masque peut aussi être une précaution supplémentaire », croit-il. Ici, on parle d’un silo où l’on retrouvait de la luzerne en fermentation, mais Robert Sauvé rappelle que les fosses à purin, par exemple, peuvent aussi émettre des émanations toxiques.

« Je sais que Mme André a organisé une rencontre d’information sur les précautions à prendre et c’est ce qu’il faut faire. D’ailleurs, il faudra en faire une à ce sujet au cours de la saison morte. Cela concerne tous les agriculteurs », fait remarquer Robert Sauvé.

Rappelons qu’au Québec, depuis 5 ans, 11 travailleurs ont perdu la vie des suites de l’inhalation d’une substance.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ