Patrick Watson bien chez lui

Crédit Secret City Records
Crédit Secret City Records

Seulement huit spectacles au Québec sont annoncés en 2016 pour Patrick Watson et son groupe. De ce nombre, la salle Albert-Dumouchel aura le bonheur de recevoir l’enfant prodige d’Hudson, ce vendredi 6 mai.

Patrick Watson vient tout juste de revenir au Québec, après un arrêt à Los Angeles pour travailler une trame sonore. Il y a quelques jours, il était encore à Paris où il a participé au ARTE Concert. Pendant trois jours, des artistes présentaient des spectacles live en continu autour de trois thématiques : pop-rock, électro et le piano sous toutes ses formes. C’est accompagné de ses musiciens, mais aussi de Matthieu Chedid, connu sous le nom de M, et de Marie-Pierre Arthur qu’il a participé à ce festival.

« M et Marie-Pierre c’est très le fun de partager la scène avec eux. C’est une belle expérience. Marie-Pierre c’est un peu la famille », mentionne le chanteur encore sous l’effet du décalage horaire, car il est revenu à Montréal la veille de son entrevue avec Viva média.

Carrière internationale

Le groupe trouve cela agréable de jouer au Québec. Chaque place a ses qualités et avantages, mais au Québec ils sont proches de chez eux et de leur famille.

« Le monde ne comprend pas ce qui vient avec ce boulot-là. Moi j’étais préparé. C’est la seule chose que je voulais au monde. Maintenant, je suis plus vieux, c’est plus difficile parce que j’ai des enfants. Il y a des millions de personnes qui veulent l’espace que tu prends. Il faut être très proactif » avoue le chanteur qui garde ses enfants à une bonne distance du monde du spectacle.

L’album Love Songs For Robots est sorti il y a un an, le 12 mai 2015. La science-fiction a été la source d’inspiration de ce cinquième opus, dont les dix chansons seront interprétées avec plusieurs anciennes chansons, lors du spectacle à Valleyfield. La première partie sera assurée par Laura Sauvage. Une chanteuse que Patrick Watson aime beaucoup pour sa personnalité forte, sa voix et son style.

« La musique est plus grande que moi. C’est important de savoir que c’est la musique qui touche les gens, plus que toi. C’est un langage qui a un gros pouvoir », énonce Patrick Watson qui donne en moyenne 120 spectacles par année, mais qui a déjà joué plus de 200 spectacles en un an lors de la tournée de Close to paradise.

« C’était épouvantable. En tournée, c’est difficile pour les familles, pour les blondes et pour soi. Moi j’ai deux enfants, je ne ferais jamais plus 200 shows. 120 c’est beaucoup, mais ça dépend des tournées. 80 c’est parfait », exprime Patrick Watson dont l’année 2016 est un peu plus tranquille.

En toute intimité

Quand il monte sur scène avec ses complices, le bassiste Mishka Stein, le batteur Robbie Kuster et le guitariste Joe Grass, il se passe quelque chose entre eux et le public. Un spectacle de Patrick Watson est toujours une expérience intimiste, peu importe la grandeur de la salle.

« On aime quand les gens sentent qu’ils ne sont pas à un concert, mais à un événement. Mon travail c’est de donner aux gens une pause de 45 minutes de leur vie. Si je ne fais pas ça je vais me faire renvoyer », rigole le chanteur.

Prochain album?

« Le monde de la musique change tellement vite. Je ne suis pas sûr de ce qu’on va faire comme prochain projet. Je travaille beaucoup sur des trames sonores ces temps-ci. J’aime ça, car c’est moins personnel. C’est important de prendre une pause pour ne pas se répéter. Chaque album est comme un processus pour voir où on va avec la musique pour le prochain album. Là, je suis en train de trouver cette direction », conclut l’artiste qui jusqu’à maintenant a sorti un album tous les trois ans.

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. Pingback: Patrick Watson bien chez lui | VIVA médi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ