La CSTL demeure solidaire

Défections à la Fédération des commissions scolaires

La CSTL est satisfaite de son affiliation à la Fédération des commissions scolaires.  ©  Daniel Cuillerier
La CSTL est satisfaite de son affiliation à la Fédération des commissions scolaires.
© Daniel Cuillerier

Les commissions scolaires des Grandes-Seigneuries, Marie-Victorin et Marguerite-Bourgeoys ont fait savoir qu’elles comptent quitter la Fédération des commissions scolaires. À la Commission scolaire des Trois-Lacs (CSTL), on en appelle à la solidarité.

La Fédération, organisme fondé par les commissions scolaires en 1947, promeut l’éducation et défend les intérêts de ses membres. C’est également une mise en commun des ressources principalement financières des différentes commissions scolaires.

Ce sont des raisons pécuniaires qui ont décidé les trois commissions mentionnées de se retirer de la Fédération. Une indemnité de départ à la présidente de l’organisme compte parmi ces facteurs.

Satisfaite sur toute la ligne

Pour la présidente de la CSTL, Diane Schetagne, la somme des services octroyés par la Fédération vaut largement la somme de financement qu’elle lui fournit annuellement.

« La Fédération des commissions scolaires a été formée par et pour les commissions scolaires. Il y a certainement un coût, mais il nous apparaît clair que si nous devions payer pour chaque service individuellement, le prix serait trop lourd pour une petite commission comme la nôtre », souligne l’administratrice.

« Nous sommes vraiment satisfaits de tout ce que nous offre la Fédération, poursuit-elle. En mettant en commun nos ressources, la CSTL, par exemple, peut compter sur les conseils et l’appui d’un avocat mandaté par la Fédération. Le coût de l’embauche d’un avocat dépasserait à lui seul le montant que nous versons annuellement à l’organisme. Et ce n’est qu’un seul des services offerts. »

Elle cite en exemple de service proposé la représentation au gouvernement, la préparation de mémoire et la présence en tout temps d’un médecin affilié à la Fédération qui offre ses conseils aux commissions scolaires dans le besoin.

Rappelons, par ailleurs, que la CSTL débourse annuellement 70 000 $ pour son affiliation à la Fédération des commissions scolaires. Ce montant représente environ 1 % du budget annuel de l’organismet.

Budget à revoir

Ce sont trois importantes commissions scolaires qui ont annoncé leur défection à compter du 1er avril. « Ça affectera indéniablement le budget total de la Fédération. Chaque commission scolaire verse une quote-part liée à son nombre d’élèves. Ce sont donc trois larges quotes-parts dont devra se priver la Fédération », commente la présidente.

Toujours selon elle, la taille des dissidents peut expliquer leur capacité et leur volonté de quitter l’organisme fédératif. « Ces commissions ont peut-être les fonds nécessaires pour se passer des services offerts par la Fédération, mais ce n’est pas notre cas. Nous sommes très satisfaits », conclut Diane Schetagne.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *