Une victoire et une demande en mariage pour Francis Lafrenière

Samedi soir à La Tohu, Francis Lafrenière affrontait Oscar Cortez, dans la toute première défense de son titre NABO des poids moyens.

Entrée sur le ring. Photo Yanick Michaud

Bien qu’Oscar Cortez (26-3-0, 14 K.-O.) ait joué la carte de l’arrogance à la pesée, Francis Lafrenière (16-5-2, 9 K.-O.) montait dans le ring le 10 juin en pleine confiance.

Avec ses entraîneurs Howard et Otis Grant, il avait établi un plan de match précis : demeurer patient et intelligent, de manière à mettre un terme au combat vers le 4e round.

Au sommet de sa forme, Lafrenière savait qu’il se donnerait à 100 %, comme il le fait à chacun de ses affrontements. Son tout récent titre NABO des poids moyens était en jeu.

Un combat à l’avantage de Lafrenière

Lors des présentations, la foule a rapidement démontré ses couleurs. Alors qu’Oscar Cortez est monté dans le ring sous les huées, le People’s Champ a pour sa part profité d’une dose d’énergie et d’amour de la part des spectateurs.

Photo Yanick Michaud

Tout au long du combat, Lafrenière a dicté le rythme. Il a été en mesure de déstabiliser son adversaire en  respectant son plan de match et en s’imposant physiquement. Ses directs ont forcé Cortez à battre en retraite. À 1 minute 44 secondes du 4e round, l’arbitre a pris la décision de mettre fin au combat, en faveur de Lafrenière.

Si Lafrenière a été coupé à l’arcade sourcilière gauche, Cortez a lui aussi été coupé à l’œil. Le boxeur mexicain a d’ailleurs dû se rendre à l’hôpital plus en tard en soirée en raison d’un malaise. 

Bilan positif

Photo Yanick Michaud

« Ça a quand même bien été, même si ce n’était pas un combat évident. J’ai fait ce que j’avais à faire. Je suis arrivé à placer de bons directs, ce que je ne fais pas beaucoup la plupart du temps. The job is done ! », a expliqué le People’s Champ en entrevue d’après-combat.

Bien qu’il ait réussi à respecter son plan de match, Lafrenière laisse entendre qu’il a dû faire preuve de force de caractère pour ne pas céder aux tactiques d’intimidation de Cortez. « Je suis un gars calme et souriant, mais disons qu’il a joué sur mon côté émotionnel », dit-il.

Tout au long du combat, la foule scandait le nom du pugiliste de Coteau-du-Lac pour exprimer son soutien. « J’entends tout le temps la foule. C’est sûr que ça fait une différence. Les fans de Vaudreuil-Soulanges, c’est ma motivation. Ils me donnent tellement d’amour », a-t-il dit.

La suite des choses

Satisfait de sa performance et toujours champion NABO des poids moyens, Francis Lafrenière poursuit sa montée dans les classements mondiaux. Son équipe compte d’ailleurs s’accorder une période de réflexion pour analyser les options qui s’offrent au sympathique athlète.

 « Je compte d’abord prendre de vraies vacances, car j’ai été très actif dans les derniers mois. On va jaser avec Rixa Promotion et avec mes entraîneurs Howard et Otis Grant. Toute offre raisonnable sera discutée, nous n’avons jamais dit non à un adversaire », a-t-il exprimé, lançant un message sous-entendu au champion WBO des poids moyens, Billy Joe Saunders.

 

Une note personnelle

En plus de conserver son titre NABO, la soirée du 10 juin a eu un caractère particulier sur le plan personnel pour Lafrenière.

À la suite de sa victoire, il a fait monter sa famille dans le ring. Il a d’abord souligné l’anniversaire de son jeune fils, Mathis. « Aujourd’hui, c’est ma fête », a bravement exprimé le jeune garçon au micro. Son père, pour l’occasion, lui avais promis une victoire.

Par la suite, Lafrenière s’est adressé à sa conjointe pour lui faire la grande demande. « Après bientôt 10 ans ensemble, j’ai demandé ma blonde en mariage. Elle me soutient depuis le début », a-t-il laissé savoir, ravi de la voir accepter avec émotions.

Photo Yanick Michaud

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *