Tournée heure par heure des villes inondées

11 h – Île-Cadieux

À l’entrée du pont de L’Île-Cadieux, une agente de sécurité interceptait les véhicules afin de minimiser la circulation sur l’île. Sur le chemin de l’île, les gros véhiculent passaient encore, mais difficilement sur le chemin devenu impraticable pour les voitures. Une rétrocaveuse s’affairait à étendre du gravier afin d’essayer de rendre la rue praticable pour les véhicules routiers transportant encore des sacs de sable. À pied, même chaussé de bottes de pluie, il était difficile de s’aventurer plus loin que les premières maisons du chemin. D’ailleurs, deux policiers situés au tout début du chemin ne pouvaient pas aller plus loin avec leur voiture. Pour le moment, ils laissaient passer les citoyens désirant retourner à leur maison, mais leur inquiétude était vive, car si une urgence arrivait, ils ne seraient pas en mesure de porter secours aux résidents.

12 h – Vaudreuil-sur-le-Lac

De nombreuses maisons de Vaudreuil-sur-le-Lac sont inondées. À l’hôtel de ville, l’administration travaillait d’arrache-pied, ce matin, pour aider et soutenir les citoyens. Il n’a pas été possible d’avoir une confirmation du nombre de résidences et de citoyens touchés. Si la rue de la Baie est ensevelie depuis plusieurs jours, voilà que l’eau s’étend, à certains endroits, jusqu’aux terrains des résidences de la rue des Rigolets.

Rencontrée en pleine discussion avec ses voisins, Sylvie Dupuis constatait que l’eau montait de plus en plus sur son terrain, depuis trois jours. Confiants que l’eau ne s’infiltrera pas dans leur maison, Sylvie Dupuis et ses voisins s’inquiètent de l’électricité : sans électricité, leurs pompes ne pourront pas fonctionner. Les magasins de la région commencent à manquer de sacs de sable et de pompes. Des commandes spéciales ont été passées pour renflouer les tablettes. L’animateur, chroniqueur et journaliste Franco Nuovo, qui habite sur la rue des Rigolets, a contacté la Municipalité pour qu’on lui apporte des sacs de sable, ce qui commence à être une denrée rare. Un employé municipal, qui s’affairait sur son terrain, a confirmé qu’ils en font venir de Québec.

La fête des voisins, qui devait avoir lieu aujourd’hui dans le parc derrière l’hôtel de ville a été annulée. Vanessa Thauvette, directrice des loisirs de la Municipalité, grillait les hot-dogs, qui étaient prévus pour cet événement, peu avant l’heure du dîner. Avec l’aide de bénévoles, elle souhaitait les apporter aux citoyens touchés par la crue des eaux. Une initiative décidée à la dernière minute ce matin.

Près de l’avenue Saint-Charles, l’eau continuait de monter de chaque côté de la rue des Rigolets, une situation qui engendrait une circulation plus lente et inquiétait les résidents.

13 h – Île-Claude à L’Île-Perrot

L’accès à L’Île-Claude par le chemin de L’Île-Claude était encore possible pour les gros véhicules ou à pied. Une rétrocaveuse et un camion s’affairaient à construire un passage piétonnier sur l’un des côtés de la route. Deux nouvelles résidences au coin du chemin de L’Île-Claude et de la rue des Manoirs voyaient l’eau monter sur leur terrain. Deux cents mètres plus loin, sur le chemin de l’île-Claude, des résidents continuaient à se battre pour protéger leur maison et leurs pompes fonctionnaient à plein régime. Il était impossible d’aller plus loin sur le chemin, le courant de l’eau étant trop puissant. L’eau n’a pas encore envahi les terrains des maisons sur la rue des Manoirs, car les résidences y sont beaucoup plus hautes qu’ailleurs sur L’Île-Claude. L’inquiétude des résidents rencontrés se situait davantage au niveau de la circulation pour sortir de l’île demain. Ils réfléchissaient à laisser une voiture de l’autre côté, à la sortie de l’île, afin de pouvoir sortir à pied demain pour se rendre au travail. D’ailleurs, à la sortie de l’île, une agente de sécurité demandait aux véhicules d’éviter le secteur.

14 h – Terrasse-Vaudreuil

Michel Bourdeau, maire de Terrasse-Vaudreuil, a déclaré l’état d’urgence ce matin. Malgré la fatigue, le maire continue sa tournée des maisons. Depuis plusieurs jours, il cogne à la porte de chacune des maisons une par une pour s’assurer que ses citoyens vont bien et les encourager. Il souhaite transmettre le message à ses citoyens d’être courageux.

L’armée est passée pour donner un coup de main aux citoyens habitant sur les avenues en bordure du lac des Deux Montagnes. Voir débarquer les militaires avec leurs véhicules a impressionné les résidents du secteur. D’ailleurs, pour éviter les curieux, un agent de sécurité interceptait les véhicules à l’entrée de la municipalité.

Rencontrée en début d’après-midi, Ginette Charbonneau, résidente de la 5e avenue, attendait de pouvoir réintégrer sa résidence dès qu’Hydro-Québec aurait coupé l’électricité. Ne souhaitant pas quitter sa maison, malgré le fait que l’eau s’y soit infiltrée au sous-sol depuis quelques jours, la citoyenne a été contrainte d’évacuer sa maison vers 13 h car l’eau sortait par le panneau d’électricité. Son fils et sa belle-fille ont sorti la chaloupe, ce matin, afin de pouvoir se déplacer entre la partie de rue non inondée et leur maison où l’eau a atteint le premier étage.

15 h – Vaudreuil-Dorion

Comme il est impossible de circuler sur l’avenue Saint-Charles, depuis vendredi soir, les véhicules doivent emprunter le détour permettant de contourner le campus de la Cité-des-Jeunes pour revenir sur l’avenue Saint-Charles via le boulevard de la Cité-des-Jeunes. L’eau commençait même à s’étendre dans les rues obligeant l’épandage de gravier pour permettre aux véhicules de circuler, entre autres, au coin de la rue Raymond et Paul-Gérin-Lajoie. Les pompiers de Vaudreuil-Dorion ont dû venir en aide à une automobiliste s’étant malencontreusement aventurée au mauvais endroit sur la rue Paul Gérin-Lajoie.

Les autorités municipales de Vaudreuil-Dorion demandent aux citoyens, même ceux qui ne sont pas touchés par les inondations, d’être vigilants et de respecter quelques consignes. Les citoyens sont invités à ne pas surconsommer l’eau à l’heure actuelle. « Le réseau d’égout est surchargé. Les douches trop longues, les bains, le lavage de voiture, vider ou remplir les piscines, ce n’est pas le moment idéal. Ça pourrait créer des problèmes encore plus graves que ce qui se passe à l’heure actuelle », explique Stéphane Côté, un plombier devenu bénévole le temps d’une journée dimanche. « Ce que ça risque de faire, c’est que l’eau s’infiltre dans le sanitaire. Ce serait problématique », dit-il.

Dans chacune des villes visitées, il est maintenant suggéré aux citoyens de limiter leur déplacement dans les secteurs inondés. De plus, les bénévoles seront les bienvenus demain pour continuer à donner un coup de main.

 

À lire aussi le résumé de la journée à Rigaud et Pointe-Fortune

 

 

Galerie photos de la journée

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *