Sonia Alain revisite Le Petit Chaperon rouge

onia Alain lancera son livre officiellement le 7 avril prochain à Saint-Lazare. Photo Stéphane Fortier

Sonia Alain nous avait habitués à des romans où l’on retrouvait l’aventure, la romance et, souvent, dans contextes historiques particuliers. 

Après la saga de Les gardiens des portes, de La Dame de Knox et D’Amour et de haine, sa superbe romance historique débutant en 1914 à Pointe-au-Père avec l’Empress of Ireland comme toile de fond, Sonia Alain se risque dans le roman noir dans la collection Les contes interdits.  Cette fois, avec  Le Petit Chaperon rouge (édité chez ADA), pas de retour dans le temps puisque son histoire, qu’elle qualifie de thriller policier d’horreur, est contemporaine et se déroule au Québec.

Un Petit Chaperon Rouge revisité pour adultes avertis. De quoi est-il question?  On parle d’une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. D’une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. D’un groupe d’hommes aux mœurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. D’un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel et d’un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.

Si nous avons tous lu ou connaissons bien le conte de Perreault, on reconnaîtra facilement les analogies entre les personnages du conte pour enfants et ceux de ce roman. Facile de reconnaître le chaperon et les loups et même le chasseur, incarné par le sergent de police. « Dans ce roman, j’explore les tabous sexuels, la manipulation. La séductrice (chaperon) se sert de sa sexualité pour parvenir à ses fins », de décrire Sonia Alain.

Hors de l’ordinaire

Pour Sonia Alain, cette expérience de roman d’horreur était une première, mais serait-elle prête à récidiver ? « J’ai été approché par les responsables de la collection Contes interdits qui voulaient une histoire écrite par une femme. Cela a été un gros défi. Je suis une personne assez polyvalente, mais l’horreur n’était pas ma tasse de thé et on m’a donné deux mois pour le faire », relate l’écrivaine qui a gagné son pari d’emblée et en est contente. Mais? « Pas certaine que je me replongerais là-dedans. Je me sens beaucoup plus à l’aise dans les romances historiques ou contemporaines » , affirme-t-elle.

Malgré un certain inconfort avec le genre, son roman s’annonce comme une réussite tout simplement parce que Sonia Alain est une excellente écrivaine et peut s’adapter à n’importe quel genre. Pourquoi ? Sonia Alain est une passionnée et a su, au fil du temps, développer son propre style. « C’est néanmoins la première fois que la sortie d’un de mes romans me stresse et je me demande comment cela va être reçu », avoue l’écrivaine. Chose certaine, ses lecteurs réguliers vont reconnaître sa touche et ceux qui ne la connaissaient pas encore vont découvrir une romancière de talent.

En attendant, elle termine le tome trois de sa saga D’amour et de Haine et a déjà une commande pour un roman de style érotique.

Sonia Alain lancera officiellement Le Petit Chaperon rouge le 7 avril prochain à la bibliothèque de Saint-Lazare à 13 h.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Profitez de cette offre
PUBLICITÉ