Pêche blanche : La pêche sans permis cet hiver

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs annonçait récemment une nouvelle mesure pour promouvoir la pêche hivernale, soutenir l’industrie et favoriser le développement de la relève.

En effet, du 1er décembre 2017 au 31 mars 2018, les résidents de Vaudreuil-Soulanges et de toute la province pourront s’adonner, sans permis, à la pêche hivernale dans les zones de pêche visée.

« Il s’agit là d’une excellente nouvelle pour l’industrie. Cette réglementation rend la pêche blanche plus accessible et ouvre la porte à une nouvelle clientèle et aux nouveaux arrivants qui souhaitent découvrir cette activité de plein air », laisse savoir Ronald Proulx, du Centre de pêche C.R.

Activité à découvrir

Le but de cette mesure exceptionnelle est de stimuler l’intérêt de la population pour la pêche blanche et de valoriser la pratique de ce sport.

D’ailleurs, selon Ronald Proulx, les néophytes ont tout intérêt à s’initier à ce sport auprès des experts dans les pourvoiries. « Dans les pourvoiries, vous avez accès à des forfaits tout inclus. Nous avons des employés qui sont là pour vous expliquer les rudiments de la pêche blanche. De plus, les pourvoiries sont des zones sécurisées. Nous avons l’équipement nécessaire pour nous assurer de la sécurité de la glace », rappelle-t-il.

Rappelons en terminant que la possibilité de pêcher sans permis ne dispense pas le pêcheur de respecter la réglementation en vigueur, notamment en ce qui a trait au nombre maximal de lignes et d’hameçons par ligne. Le pêcheur a aussi l’obligation d’assurer une surveillance constante de ses lignes.

Dossier des menés

La saison de pêche blanche qui débutera dans les prochaines semaines marque aussi la mise en application d’une autre nouvelle règlementation : l’interdiction de la pêche aux menés vivants.

Le ministère a mis en place cette mesure dans le but de réduire les risques de prolifération d’espèces envahissantes. La mesure avait suscité la grogne de l’industrie. Les propriétaires de pourvoiries craignaient de devoir fermer leur porte, car la pêche aux menés vivants est beaucoup plus efficace et accessible pour les pêcheurs moins expérimentés.

Dans le but de s’adapter à ce nouveau règlement, des spécialistes de la pêche blanche ont créé une sorte de marinade dans laquelle on laisse les menés morts. Cette substance totalement naturelle et sans danger pour l’environnement rend l’appât beaucoup plus odorant et efficace.

« Nous avons testé le produit et même si le poisson ne bouge pas, c’est très concluant. L’odeur compense l’absence de mouvement et les poissons mordent », explique Ronald Proulx.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ