Opération Père Noël: Chausser les bottes du père Noël

Sur le site Internet d’Opération Père Noël le compte à rebours avant la grande distribution de cadeaux est commencé depuis un bon moment déjà. Les jours, les heures, les minutes et les secondes s’égrainent jusqu’à ce moment magique où les yeux de milliers d’enfants défavorisés s’illumineront parce qu’ils déballeront exactement ce dont ils ont tant rêvé.   

Un vendredi soir de novembre 1995, Normand Brault célébrait son anniversaire au restaurant avec sa conjointe Thérèse quand il a reçu un appel du foyer de groupe où il travaillait comme chef de service. Marie-Ève, une jeune en difficulté, était en crise. Après avoir réussi à la calmer au téléphone, le psychothérapeute a finalement compris qu’elle était en détresse parce qu’elle craignait que le père Noël l’oublie encore une fois puisqu’elle venait d’arriver dans ce nouveau foyer de groupe. Sans vraiment réfléchir, Normand Brault a demandé à Marie-Ève d’écrire une lettre au père Noël et qu’il allait lui remettre personnellement, lui promettant par la même occasion que le père Noël ne l’oublierait pas cette année. Opération Père Noël venait de voir le jour.

L’idée a fait boule de neige. D’année en année, la quantité de lettres au père Noël a pris de l’ampleur et le nombre de pères Noël donateurs a augmenté. Si bien que l’année dernière ce sont 12 639 enfants de 0 à 17 ans, à travers le Québec, qui se sont retrouvés sur le parcours du père Noël le soir du 24 décembre et qui ont eu le plaisir d’ouvrir les cadeaux dont ils rêvaient.

« Dans différents établissements et ressources à travers le Québec, on a des personnes qu’on appelle des lutins et des lutines, qui connaissent ces enfants et la situation des familles. Tous les enfants qu’Opération Père Noël dessert ce sont des enfants abandonnés qui sont sous la responsabilité de la Direction de la protection de la jeunesse ou bien des enfants qui proviennent de familles très désorganisées et très pauvres. Tous nos enfants sont à risque de ne rien recevoir ou de ne rien recevoir de significatif à Noël », relate Normand Brault, considéré comme le père Noël en chef de toute cette opération.

Devenir le père Noël

Pour parvenir à combler les souhaits des enfants, l’organisme compte sur des pères Noël donateurs à travers le Québec. Les personnes intéressées à faire partie de cet élan de générosité doivent s’inscrire en remplissant le formulaire en ligne sur le site www.operationperenoel.com. Après avoir indiqué ses coordonnées, le donateur devra mentionner le nombre de lettres d’enfants qu’il désire recevoir et le budget par enfant dont il dispose.

De leur côté, les enfants écrivent une lettre au père Noël comprenant trois choix de cadeaux de 30 $ à 50 $. « Les enfants écrivent des lettres au père Noël et les intervenants nous les font parvenir.  Il y a des enfants qui écrivent au père Noël et qui profitent de l’occasion pour se vider le cœur. Il y a des lettres plus attachantes et émouvantes. Les lettres sont écrites sur toutes sortes de choses, ça va de belles lettres décorées à des revers de boîtes de céréales parce que c’est le seul papier qu’il y avait dans la maison pour pouvoir écrire », souligne le père Noël en chef qui coordonne cette grande aventure annuelle avec mère Noël, sa conjointe Thérèse qui est directrice des opérations des campagnes.

Cette année, le couple de psychoéducateurs croit bien atteindre 13 000 enfants sur la liste du père Noël. Si le nombre impressionne, « cela est très peu comparé aux 180 000 enfants qui vivent dans l’extrême pauvreté au Québec », affirme le fondateur d’Opération Père Noël. Il souhaite étendre davantage son mouvement.

Ateliers satellites

En plus des cadeaux, le mouvement de générosité peut venir en aide aux jeunes qui vont avoir 18 ans et qui se préparent à partir en appartement ou à des jeunes qui ont des besoins particuliers.  « On a reçu, dernièrement, une demande d’une adolescente de votre région qui doit se faire refaire la dentition. Elle travaille énormément fort cette jeune fille pour se sortir du marasme dans lequel elle a toujours été. Elle nous a écrit une lettre pour nous demander de l’aider dans la reconstruction de sa bouche. Chaque année, il y a des demandes exceptionnelles comme cela qui réussissent à être comblées », raconte Normand Brault.

Un autre des souhaits du fondateur est de créer des cellules en régions pour que chacune des régions devienne plus autonome et que le nombre de bénéficiaires augmente. Normand Brault profite de l’occasion pour souligner tout le travail de Chantal Loiselle qui est la coordonnatrice de la région. « Elle met énormément d’énergie et de temps dans l’opération. Elle est en train de se constituer une équipe pour être l’un des satellites d’Opération Père Noël. Elle a été père et mère Noël pendant de nombreuses années avec son conjoint. Ils ont été très généreux pendant de nombreuses années. Il y a trois ans, elle nous a dit qu’elle aimerait s’occuper de ça pour les enfants de sa région. Elle fait des petits miracles. »

En 2016, 349 enfants de la région ont reçu des cadeaux grâce à la grande générosité des pères Noël. Ce sont les lutins du CSSS Vaudreuil-Soulanges (53 enfants), du CLSC Valleyfield (141 enfants), CLSC Huntington (145 enfants) et du CLSC Beauharnois (10 enfants) qui avaient ciblé les enfants. La plupart du temps, les enfants reçoivent des cadeaux des donateurs de la même région qu’eux. Par contre, comme la région métropolitaine contient beaucoup de pères Noël ceux-ci reçoivent aussi des lettres des enfants d’autres régions. Montréal est aussi un terrain fertile en entreprises qui prennent souvent plusieurs lettres d’enfants.

« Une opération comme celle-là ne pourrait pas exister sans la générosité du public. Les gens partout à travers le Québec sont d’une immense générosité. Très souvent les enfants vont recevoir les trois choix qu’ils ont faits dans leur lettre. On est toujours renversés », confie Normand Brault,

Inscriptions

Il est encore possible de s’inscrire comme père Noël. En ce moment, il manque 75 pères Noël pour la région. Normand Brault n’est cependant pas trop inquiet. « Il vient un moment où le nombre d’inscriptions dépasse le nombre de lettres d’enfants. À ce moment-là, on met une note sur notre site Web qu’on ferme les inscriptions parce qu’on a un magnifique problème d’avoir plus de donateurs que de lettres. Ça arrive chaque année », dit-il.

Pour plus de renseignements et s’inscrire on visite le site Web www.operationperenoel.com. Il est également possible de faire un don en argent permettant à l’organisme de combler les demandes de dernières minutes, car parfois le père Noël en chef reçoit des lettres d’enfants à peine quelques heures avant la grande distribution.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Calendrier des Fêtes
25 et 26 décembre
27 et 29 décembre
27 et 29 décembre
Fermé
Fermé
Horaire régulier
Voir l'horaire complet
PUBLICITÉ