Les producteurs agricoles ont besoin d’aide

Ruth Ellen Brosseau et Anne Minh-Thu Quach entendent défendre avec acharnement les producteurs agricoles canadiens et québécois. Photo Stéphane Fortier

La députée de Salaberry/Suroît, Anne Minh-Thu Quach était dans Vaudreuil-Soulanges le 9 avril où, en compagnie de sa collègue députée de Berthier Ruth Ellen Brosseau, elle visitait des fermes de la région.

Afin de faire le point sur plusieurs dossiers concernant les producteurs agricoles, les deux députées se sont arrêtées à la ferme Burnbrae à Saint-Zotique. D’entrée de jeu,  Anne Minh-Thu Quach et Ruth Ellen Brosseau entendent poursuivre leur lutte pour défendre les intérêts des producteurs agricoles.

Achat local

« Il faut que le gouvernement Trudeau adopte des mesures pour encourager l’achat local. Il est inacceptable que dans les cafétérias en lien avec le gouvernement, par exemple, on ne retrouve pas des produits d’alimentation locaux, mentionne Anne Minh-Thu Quach. Dans sa stratégie alimentaire, le gouvernement doit faire de la place à l’achat local, soutient la députée du NPD.  Les producteurs locaux ont la vie dure alors que beaucoup d’emplois sont issus du secteur agricole », constate-t-elle.

Relève agricole et gestion de l’offre

La relève agricole doit être aussi au cœur des priorités. Il en coûte beaucoup plus cher en impôts aux producteurs agricoles qui vendent leur ferme à un membre de leur famille, leurs enfants, par exemple, que si la ferme est vendue à un étranger et cela aussi, il faut corriger la situation », dénonce Anne Minh-Thu Quach.

« La gestion de l’offre est menacée, attaquée, il faut la protéger », lance spontanément Ruth Ellen Brosseau. Cette dernière explique que la gestion de l’offre apporte un meilleur équilibre dans le marché. Elle permet aux producteurs laitiers de négocier collectivement les prix et planifier la production de lait totale afin de répondre à la demande des consommateurs. « Mais pas seulement les producteurs laitiers, mais aussi les producteurs d’œufs et de volaille, fait remarquer la députée de Berthier.  Alors que les producteurs de partout dans le monde font face à des fluctuations imprévisibles dans le marché, les producteurs canadiens vendent leur lait à des prix stables », de poursuivre Ruth Ellen Brosseau.

Les deux députées entendent donc continuer de faire pression sur le gouvernement Trudeau pour améliorer les conditions des producteurs agricoles.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *