Les origines du Boxing day!

La folie du Boxing Day frappe aujourd’hui le Canada, mais aussi de très nombreux pays à travers le monde. Les consommateurs qui y participent n’ont qu’une seule idée en tête : flairer les meilleures aubaines sur une panoplie de produits. Certains font même la file pendant de nombreuses heures jusqu’à l’ouverture des commerces pour mettre la main sur l’article désiré.

D’où vient donc la tradition du Boxing Day?

Plusieurs hypothèses ont été émises sur les origines du Boxing Day. Selon plusieurs, cette journée remonte au XIXe siècle en Grande-Bretagne. À l’époque, les familles bien nanties permettaient à leurs domestiques de prendre congé pour voir leurs proches et leurs remettaient une petite boîte avec de l’argent et des cadeaux. C’était une journée de charité et de présents.

D’autres sont plutôt d’avis que l’Après-Noël a des origines religieuses qui remontent à l’Angleterre victorienne du XVIIIe et XIXe siècle. Le 26 décembre était la fête de Saint-Étienne, le premier martyr chrétien. Chargé par les apôtres de remettre l’aumône aux plus pauvres, cette pratique serait à l’origine de cette journée.

C’est vers la fin du XXe siècle que le 26 décembre aurait pris une tournure commerciale.

Les traditions du lendemain de Noël

Les traditions du lendemain de Noël sont nombreuses partout à travers le monde. Elles ne se limitent pas qu’au magasinage. Voici un aperçu des différentes coutumes.

  • En Écosse, en Angleterre et en Irlande du Nord, des matchs de football et de rugby sont disputés entre des équipes locales. Certains anglais préfèrent chasser le renard sans toutefois blesser le petit animal.
  • En Irlande, on s’adonne à la chasse au troglodyte (oiseau) qui était considéré comme un traître selon les croyances irlandaises.
  • Au Royaume-Uni, en autre, la fête de la Saint-Étienne est un jour férié.
  • Au Canada (surtout dans la province de Terre-Neuve), plusieurs vont de maison en maison pour présenter de petites pièces de théâtre. Il s’agit du «mumming» qui se poursuit jusqu’au 6 janvier.

Au Québec, le lendemain de Noël est une tradition bien ancrée depuis des années. Les chasseurs d’aubaines sont au rendez-vous et les commerçants espèrent toujours réaliser de bonnes affaires. Les produits électroniques, informatiques et les vêtements sont particulièrement prisés.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *