Les irréductibles Gaulois de Pincourt

Photo VIVA média

Pas de maison inondée. Aucune évacuation. Comment Pincourt a-t-elle réussi cet exploit alors que la région a vécu des inondations historiques?

Le 17 avril, la Ville de Pincourt a commencé à ériger une digue pour protéger les résidences du chemin Duhamel. Du travail fait en amont, plus de deux semaines avant que la situation dégénère dans la région. Au sommet des problèmes d’inondation, le week-end du 6 et 7 mai, la Ville continuait de rehausser sa digue avec l’aide de nombreux bénévoles, des employés municipaux ainsi que du service des incendies de Vaudreuil-Soulanges. Un travail colossal, qui a permis de garder au sec les quatre maisons du secteur névralgique ainsi qu’une trentaine d’autres à proximité, et ce, grâce à une digue qui mesure maintenant plus de six pieds.

Alors que la situation a commencé à se stabiliser à plusieurs endroits, les yeux se sont tournés vers ces irréductibles Gaulois qui ont fait un pied de nez à la crue des eaux et qui continuent de se battre. Leur maire, Yvan Cardinal a accordé de nombreuses entrevues mardi et mercredi, dont l’une à Mario  Dumont à TVA.

VIVA média lui a parlé, mercredi en après-midi pour faire un bilan avec lui. « Dans nos procédures, chaque fois qu’on a des alertes météo, qu’on nous annonce des vents ou des pluies torrentielles, on fait toujours de la prévention. Des employés supplémentaires travaillent le soir, notre service d’incendie s’en va à la caserne et nos équipes sont prêtes à faire face. On l’a appliqué avec la crue des eaux, dès le début. Tout de suite, on a commencé à faire des sacs de sable », explique le maire, à propos des actions posées avant même que les inondations commencent à Rigaud.

La Ville de Pincourt a également fait livrer des palettes de sacs de sable devant certaines résidences. Un geste surprenant plusieurs résidents puisque l’eau n’avait pas encore atteint leur terrain. Dans les jours suivants, ils les ont utilisés et la Ville est venue leur en livrer d’autres. Avoir commandé 45 000 sacs pleins et vides avant l’augmentation de la demande a permis à la Ville d’éviter la pénurie.
« Je félicite nos gens du service technique, du service d’incendie et notre ingénieur à la Ville qui ont fait une très bonne base solide. À toutes les fois qu’on annonçait une crue, on montait notre digue. On s’est retrouvé avec une quarantaine de pompiers, une cinquantaine de bénévoles qui apportaient les sacs de sable. Aux ateliers municipaux, il y avait au-delà de 200 bénévoles qui faisaient des sacs de sable. Le samedi soir, on a continué jusqu’à 18 h à faire des sacs, même si dans l’après-midi on en avait déjà assez. Une chance qu’on a fait cela le samedi, ça nous a permis de commencer le dimanche matin, dans le moment critique », raconte Yvan Cardinal.

Avoir été en mode prévention est une grande fierté pour les employés ainsi que toute l’administration de la Ville. « L’énergie qu’on a mise dans la prévention nous a permis de sauver notre réseau d’épuration, car cela aurait pu affecter toute notre municipalité. On ne baisse pas les bras et l’on continue à travailler. On n’est pas inquiets pour la fin de semaine. On va être prêts à absorber la pluie. Cependant, il y a toujours un risque que nos digues puissent céder, mais il y a tellement de surveillance que j’ai confiance », conclut Yvan Cardinal, se préparant à affronter un autre week-end avec beaucoup de précipitations.

 

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

7 commentaires

  1. Angèle M. Prévost

    Bravo Pincourt et à toute votre équipe: direction, employés et tous les bénévols.
    C’est tout à votre honneur: un plan d’action gagnant: plan et actions.
    Quel exemple pour nous tous.

    Répondre
  2. Lise Desjardins

    C’est rare que les politiciens voient plus loin que le bout de leur nez, félicitations au maire et à son équipe! Dommage que Denis Coderre et les maires des arrondissements Pierrefonds et l’Ile Bizard non pas suivis votre exemple!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *