Les citoyens de Vaudreuil-Soulanges ont été solidaires

Saint-Lazare présentait ce genre de paysage lors de la crise du verglas. Photothèque

Comme lors des inondations du printemps 2017, la population de Vaudreuil-Soulanges a fait montre de beaucoup de solidarité au moment de la crise du verglas il y a 20 ans.

Certaines municipalités comme Saint-Lazare et Rivière-Beaudette, par exemple, ont particulièrement souffert de la crise. « Nous avons été privés d’électricité pendant trois semaines, se souvient Patrick Bousez, maire de Rivière-Beaudette et préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges. Le premier ministre de l’époque, Lucien Bouchard (arrivé en hélicoptère) était venu nous visiter et nous avait rappelé que nous étions au bout du réseau et que le rétablissement prendrait plus de temps. Il y avait le triangle noir et nous, nous étions le triangle oublié », mentionne Patrick Bousez.

Ce dernier a beaucoup aidé les gens sinistrés à l’époque, notamment en allant pomper de l’eau dans les sous-sols parce qu’il y avait eu beaucoup de pluie, évidemment. « Le maire Leroux, à l’époque, de même que tous les conseillers et plusieurs bénévoles, a fait un travail remarquable. Je leur lève mon chapeau. Moi, j’avais trouvé une génératrice à Sainte-Agathe. On essayait de dépannait tout le monde. J’ai même été casser de la glace sur le toit de la maison du maire », relate le préfet qui avait la chance d’avoir un poêle à bois.

Les sinistrés de Rivière-Beaudette pouvaient trouver refuge à l’ancien club de motoneige où l’on avait aménagé un centre de crise.

À Saint-Lazare

Saint-Lazare a été grandement affecté par la crise du verglas. Une citoyenne, Paulette Sauvé, arrivée depuis peu à Saint-Lazare se souvient de ces moments difficiles. « Cela a été difficile au point où l’on ne pouvait rester à la maison, de raconter Paulette Sauvé. Nous n’avons pas eu d’électricité pendant deux à trois semaines et on a dû demander à des voisins et des membres de notre famille de nous accueillir », relate-t-elle.

Paulette Sauvé se souvient des bouleaux qui se sont affaissés, obstruant plusieurs rues dont celle de la résidence familiale. « Des chemins étaient complètement fermés et l’armée a dû intervenir pour faire de l’élagage et nettoyer les chemins », raconte-t-elle.

Les Lazarois pouvaient alors se réfugier au bar Chez Maurice, à l’école Evergreen et au Parc Nature Le Forrestier.

Bien sûr, peu de municipalités ont été épargnées lors de cette crise. De fait, tout le monde a été touché par l’événement.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
En savoir plus
PUBLICITÉ