Le refuge canin Animatch a besoin d’aide

L’équipe de l’organisme d’adoption canine Animatch fait appel à la générosité des citoyens et des entreprises de Vaudreuil-Soulanges, dans le but d’assurer le succès de son déménagement.

Helen Lacroix

Lorsqu’elle a créé l’organisme Animatch en 1999, Helen Lacroix souhaitait développer un processus d’adoption humain et unique en son genre, basé sur les besoins réels des chiens.

En effet, tous les chiens adoptés au fil des années ont été placés dans des familles rigoureusement choisies. L’équipe d’Animatch réalise une enquête sur chaque demandeur, et assure un suivi serré après l’adoption. « C’est le chien notre client, pas l’humain! Voilà notre philosophie. Nous priorisons les besoins des chiens pour assurer leur bien-être. C’est vraiment crucial de faire un bon match. Par exemple, nous devons prendre en considération si le demandeur a des enfants, travaille toute la journée ou habite dans un condo. C’est pour ça que j’ai créé Animatch », explique la passionnée des chiens, Helen Lacroix.

L’organisme accueille de 15 à 20 chiens dans ses locaux, et effectue en moyenne 375 adoptions par année. Lorsque les chiens sont adoptés, ils sont stérilisés, vaccinés et micropucés. Ils sont aussi encadrés pour d’éventuels problèmes de santé.

Des citoyens de Vaudreuil-Soulanges et de l’Ouest-de-l’Île, mais également de l’Ontario et d’autres régions du Québec font affaire avec Animatch en raison de ses méthodes positives et humaines.

Situation incontrôlable

Depuis sa création, les opérations d’Animatch se faisaient depuis une résidence de type jumelée, à Les Cèdres, à côté du garage municipal. La fondatrice de l’organisme résidait d’un côté, puis les chiens étaient accueillis de l’autre.

La Ville tolérait la présence de l’organisme sur son territoire, et Helen Lacroix s’assurait d’opérer Animatch en tout respect du voisinage.

Toutefois, récemment, la Ville de Les Cèdres a laissé savoir à Helen qu’elle souhaitait acquérir sa demeure et son terrain, dans le but d’agrandir le garage municipal. « La Ville de Les Cèdres a toujours été compréhensive et bienveillante à notre égard. Nous comprenons la réalité de cette ville en expansion, et nous y avons vu une occasion de déménager dans des locaux qui nous permettraient d’offrir plus de services », explique-t-elle.

La passionnée des chiens s’est toutefois butée à un mur. En effet, la réglementation de plusieurs municipalités de Vaudreuil-Soulanges est extrêmement stricte pour l’opération d’un chenil. « J’ai compris à quel point l’abus, au fil des années, a fait en sorte que les réglementations sont désormais très strictes », dit-elle.

Le principal problème, pour Helen, c’est qu’elle souhaite vivre là où sont accueillis les chiens. Voilà ce qui complique son déménagement, au niveau de la réglementation. Elle refuse de laisser les chiens seuls dans le local d’un parc industriel durant la nuit. « Pour moi, c’est tout simplement insensé et irresponsable de faire ça », dit-elle.

L’option principale est donc de déménager sur une fermette, du côté de Soulanges, et ce, malgré le prix beaucoup plus important.

Une possibilité à Pointe-Fortune

Au moment de l’entrevue avec VIVA média, Helen Lacroix avait de belles nouvelles. Elle comptait faire une offre d’achat sur une fermette de Pointe-Fortune de 13 arpents, le soir même.

Si l’offre est acceptée, Animatch déménagera à Pointe-Fortune. Toutefois, la fermette ne possède qu’une maison. Il faudra donc bâtir un chenil à partir de rien. « Ce sera beaucoup de travail, mais le résultat sera à notre image et nous permettra d’offrir plus de services sur place », explique Helen.

Comment participer?

Pour soutenir le projet de déménagement d’Animatch, Helen Lacroix a amorcé une campagne de sociofinancement sur le site GoFundMe. Déjà, la campagne a permis d’amasser plus de 7000 $, sur l’objectif de 25 000 $.

« Nous avons adopté Murphy en 2009. Je souhaite que toutes les personnes qui ont adopté un chien avec Animatch au fil des années puissent donner 100 $. Imaginez l’impact que cela aurait pour l’organisme! L’équipe pourrait continuer à sauver des chiens abandonnés et à leur trouver une maison. Allez tout le monde! », a écrit l’une des donatrices sur la page de la campagne.

« Un petit coup de main des citoyens de la région, et des entreprises qui ont à cœur le bien-être des chiens, ferait une énorme différence pour nous et pour les chiens dans notre région », partage Helen, rappelant qu’elle peut émettre des reçus d’impôt pour charité aux donateurs qui font un don par chèque, ou via le site www.animatch.ca.

PHOTOS : GARY HOUGHTON

 

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ