La MRC développe une belle complicité avec l’Afrique

Jean Lalonde accompagné de M. Sanou, maire de Bobo-Dioulasso.

ll y a quelque temps, des représentants de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, le préfet Jean Lalonde en tête, ont effectué un voyage d’échange au Burkina Faso, une expérience qui pourrait se traduire par des retombées économiques intéressantes pour la région.

La Fédération canadienne des municipalités (FCM)  et Affaires mondiales Canada ont retenu cinq MRC au Québec, dont celle de Vaudreuil-Soulanges  pour participer à cet échange. « D’abord, il faut préciser que nous n’allions pas là en mission humanitaire. On n’allait pas là pour leur dire quoi faire » fait remarquer le préfet de la MRC, d’entrée de jeu.  Il fallait qu’il y ait des affinités entre les MRC et les villes africaines concernées. Dans notre cas, on parle du corridor commercial et économique qui a particulièrement plu à la FCM et Affaires mondiales », justifie Jean Lalonde. Ce dernier mentionne également l’avance de la MRC en matière de schémas d’aménagement et les connaissances en géomatique. « Ils veulent aussi là-bas développer un corridor de commerce, indique le préfet qui ajoute que les philosophies des deux régions se ressemblent.

“Notre MRC est très reconnue par rapport à la concertation, comme nous travaillons avec 23 municipalités, des centaines d’organismes et associations, ainsi que pour ses forces en développement économique, en lien avec notre positionnement stratégique dans un corridor de commerce. Notre MRC se démarque aussi dans des domaines comme l’information et l’aménagement du territoire, le développement social, les communications et la culture”, renchérit le préfet.

Deux villes

En fait, Vaudreuil-Soulanges a été jumelée aux communes de Bobo-Dioulasso, qui se veut la capitale économique du pays,  et de Banfora, au Burkina Faso, dans le cadre d’un projet de création d’un corridor économique qui rejoint le Mali, à l’ouest et la Côte d’Ivoire, au Sud-ouest.

“Des projets concrets avec maillage avec les élus et les entreprises pourraient se développer au fil des prochains mois, affirme Guy-Lin Beaudoin, directeur général de la MRC qui faisait partie de la délégation vaudreuil-soulangeoise. Il fallait aussi identifier quels seraient les projets avec lesquels nos entreprises pourraient être en lien, car s’il y a des pays où nos entreprises doivent investir, c’est auprès des pays africains où il y a une véritable explosion économique”, de poursuivre Guy-Lin Beaudoin.

Relations importantes

Ce partenariat permet aussi de développer des liens économiques avec l’Afrique, qui est en pleine émergence et où les opportunités d’affaires fleurissent, selon Guy-Lin Beaudoin.

Si la MRC de Vaudreuil-Soulanges est enthousiaste par cet échange, les villes de là-bas considèrent importantes les relations qu’ils ont amorcées avec les cinq MRC. “Nous sommes allés du côté des marchands qui éprouvent des difficultés dans le domaine de la réfrigération. Nous pouvons faire en sorte qu’ils puissent rencontrer des spécialistes d’ici. Cela veut dire concrétiser des emplois dans Vaudreuil-Soulanges en ayant des commandes pour les entreprises du domaine de la réfrigération”, prévoit le directeur général.

Prochaine étape

Dans un prochain voyage, les représentants de la MRC seront fort probablement accompagnés d’entrepreneurs vaudreuil-soulangeois. “Et cela sera plus pointu, des choses vont se préciser beaucoup plus. Les enjeux sont ciblés, il reste à faire la même chose pour les projets”, assure Jean Lalonde. “Nous travaillons présentement à l’élaboration de ce cadre de travail et avons une journée de travail prévue avec la FCM et les trois autres MRC impliquées afin d’assurer une cohésion et une concertation de toutes les parties prenantes dans le cadre de ce programme”, renchérit Guy-Lin Beaudoin.

À noter que le gouvernement canadien finance le partenariat par l’intermédiaire d’Affaires mondiales Canada. Le budget pour tous les partenariats du programme, qui s’étend aussi en Amérique du Sud et en Asie, est de 19,8 millions pour 5 ans.

En terminant, Jean Lalonde, a raconté avoir assisté à une séance du conseil là-bas. “Il y avait un maire et…285 conseillers”, de relater celui qui est aussi maire de Très-Saint-Rédempteur.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *