Flores-Jimenez non-responsable du meurtre de sa fillette

La Vaudreuilloise qui a poignardé à mort sa fille de 7 ans le 12 février 2015 dans la maison familiale de la rue Léo-Gravelle, a été déclarée non-criminellement responsable de ses actions.

Claudia Flores-Jimenez, maintenant âgée de 37 ans était accusée du meurtre prémédité, à l’arme blanche, de sa fillette.

Daniela Cea Campo a été poignardée à huit reprises, dans la nuit du 12 février 2015. L’accusée est apparue devant le juge au Palais de justice de Valleyfield. Celui-ci a ordonné que la femme demeure détenue à l’Institut Philippe Pinel afin de continuer à recevoir des traitements et une évaluation pour des troubles psychotiques.

Flores-Jimenez souffrait déjà de ce trouble de santé, et avait été hospitalisée pour cette raison, plusieurs années avant d’attenter à la vie de sa fille. Malgré cette condition, à la première évaluation de sa santé mentale, elle avait été considérée apte à subir son procès.

Toutefois, lors des trois évaluations suivantes, dont deux exigées par la Couronne, on a déterminé que la mère souffrait de désordre mental le jour où elle a tué sa fille, innocente et sans défense.

Hospitalisée précédemment

Quelque part entre 2009 et 2010, la femme avait été hospitalisée.

Elle avait pris une médication qui avait eu pour effet de la soigner. Mais au moment des faits, en février 2015, les symptômes de la maladie étaient revenus.

À la lumière de l’enquête, il appert que la femme, après avoir poignardé son enfant, avait tenté de s’enlever la vie. Elle avait été sauvée inopinément par son conjoint qui revenait à la maison, après les faits.

Il n’y a aucune indication sur le temps que la femme devra demeurer à Pinel, mais son cas sera revu par un panel d’experts qui déterminera si elle représente un danger pour le public.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *