Des futures campagnes électorales sans pancartes?

Des centaines d’affiches électorales ont été installées lors du déclenchement de l’élection provinciale. (Photo Stéphanie Lacroix)

Depuis le déclenchement de l’élection provinciale, des milliers d’affiches afin de faire la promotion des candidats ont été installées. Toutefois, bon nombre d’électeurs soutiennent qu’il serait préférable que les partis politiques optent pour une autre forme de publicité.

À chaque élection, que ce soit, municipale, provinciale ou fédérale, les principaux axes routiers des villes, de même que les poteaux d’Hydro-Québec, deviennent des emplacements de choix pour les candidats.

Questionnée sur la possibilité de faire une campagne sans pancartes électorale, la députée sortante du comté de Soulanges, Lucie Charlebois, qui représente le Parti libéral du Québec, dit qu’elle doute de cette réalité. « Je le souhaiterais, mais je ne crois pas que nous sommes rendus là, confirme Mme Charlebois. Depuis ma première élection en 2003, le nombre d’affiches que nous installons à chaque élection a grandement diminué. Il faut faire attention à l’environnement. »

Lucie Charlebois assure qu’il n’y a aucune de ses affiches qui terminent au dépotoir. « Elles sont toutes récupérées, insiste-t-elle. Régulièrement, les centres de la petite enfance nous en demandent. Également, certains citoyens nous en demandent afin de les utiliser à la maison ou au chalet. Il y a même de mes affiches qui ont fini comme isolant dans un camp de chasse. »

Du côté de la Coalition avenir Québec, le directeur de campagne de Claude Bourbonnais, candidat caquiste dans Vaudreuil, mentionne qu’il préfèrerait tenir une campagne sans pancarte. « Je suis d’accord avec les gens qui disent que c’est de la pollution visuelle, souligne Marc Renaud. Toutefois, tous les partis ont des affiches donc, nous devons en avoir. Un jour, nous arriverons peut-être à faire des campagnes électorales sans affiches. Mais, comme ce n’est pas tous les gens qui sont sur les réseaux sociaux, ça serait difficile de le faire présentement. »

Tout comme Lucie Charlebois, M. Renaud fait savoir que les affiches de Claude Bourbonnais seront récupérées. « Nous les offrirons à des organismes, indique le directeur de campagne. Pour ce qui est des plus imposantes affiches, elles sont souvent enlevées par des citoyens qui avaient l’œil dessus. »

Pour le candidat du Parti Québécois dans Vaudreuil, Philipp Lapalme, l’affichage électoral est également considéré comme une pollution visuelle. C’est pour cette raison que le candidat péquiste a opté pour une stratégie d’affichage ciblée. « Nous faisons principalement notre affichage dans des intersections très achalandées, mentionne le candidat péquiste. Nous sommes aussi conscients de l’enjeu écologique en lien avec l’affichage électoral. C’est pourquoi, par la suite, nous offrons tout le matériel à des organismes de la région tel Notre-Dame-de-Fatima. »

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
FAITES-VITE
PUBLICITÉ