Anthony Kavanagh, le showman philosophe

 Anthony Kavanagh sera en spectacle le 25 novembre à la salle Albert-Dumouchel à Salaberry-de-Valleyfield. Photo Courtoisie

Le 23 octobre dernier, Anthony Kavanagh montait sur la scène du St-Denis à Montréal pour la première fois depuis son retour au Québec. Une soirée des plus émouvantes alors que le public lui a livré une chaleureuse ovation de plusieurs minutes.

« C’était extraordinaire tout l’amour qu’on m’a donné. Avec tout ce qui se passe dans le monde du showbiz québécois, je faisais mes dernières dates de rodage et je sentais que tout le monde était sensible. C’est pour ça qu’à chaque spectacle, je rappelle qu’on est là pour rire. Je leur dis : on ne va surtout pas laisser deux mauvaises graines pourrir le jardin. Tout de suite, ça remet les gens dans une bonne vibration. Les soirées des trois derniers jours vont rester gravées dans ma mémoire », confirme Anthony Kavanagh, lors d’une entrevue le lendemain de son spectacle à Québec le 25 octobre, qui lui aussi s’est conclu par une longue ovation.

Cet accueil a fait un bien énorme à l’humoriste. Lui qui a annulé sa première médiatique puisqu’elle était prévue en pleine tempête des allégations concernant Éric Salvail et Gilbert Rozon. « C’était un choix judicieux. Il y a plusieurs journalistes qui ont dit : ce serait bête de rater ton retour. Ça m’attristait d’avoir à faire ça, parce que c’est des mois de travail, sauf que tout a disparu le soir du premier show et le lendemain, c’était tellement magique », souligne celui qui se présentera plutôt devant les critiques québécoises le 21 novembre.

La bête et le philosophe

Celui qui a la réputation d’être une bête de scène complètement éclatée est beaucoup plus calme et philosophe au téléphone. Un homme généreux et sensible, que le public pourra aussi découvrir sur scène. Anthony Kavanagh s’est souvent scindé en deux : le fou en représentation et le philosophe dans la vie. Cette fois-ci, son spectacle portant le titre Showman représente bien toutes les facettes de l’homme.

« C’est un show d’humour et d’amour. Pour la première fois, il y a toutes les parties de moi qui sont réunies. À ce stade-ci de ma vie, je n’avais plus envie de séparer les deux. J’avais envie de pouvoir parler d’autres choses et de pouvoir être sérieux. C’est comme moitié show, moitié conférence, mais sans être donneur de leçons. C’est un spectacle où je me dévoile. Ça surprend, mais ça fait du bien. Ma femme et mes amis proches me reconnaissent sur scène », de révéler l’humoriste qui a imaginé un spectacle s’ouvrant sur sa mort. Le spectacle est donc constitué d’histoires et de conseils sur la vie.

« C’est mon plus beau spectacle : il y a tout ce que j’ai appris en 28 ans. C’est un show où je voulais qu’il reste quelque chose d’autre que le rire à la fin. » – Anthony Kavanagh

Retour à la maison

Anthony Kavanagh est revenu au Québec avec sa femme et ses deux enfants, l’été dernier. La petite famille s’est installée au Québec pour trois ans, afin de permettre à l’humoriste de réaliser une véritable tournée québécoise. Son agenda est des plus chargés, affichant des spectacles au Québec jusqu’en 2019 et parsemé d’escapades en Europe, jusqu’en avril, pour présenter la version européenne de Showman. On peut déjà espérer que son retour à la maison s’allonge, après tout quand il est parti en Europe c’était pour 3 ans, mais il y est resté 20 ans.

« Je suis revenu souvent, mais là ça faisait quatre ans que je n’étais pas rentré au Québec. Cette fois, je ne me mettais pas de pression. J’étais content d’être de retour, d’être avec ma famille, c’est ça qui avait pris le dessus sur le reste. Je ne suis pas venu en coup de vent. J’ai le temps de m’adapter, de faire une belle tournée et des belles promos. J’ai eu le temps de faire un beau film promotionnel », précise l’humoriste, qui est très content d’être de retour à la maison.

Français ou Québécois

Cela faisait tellement longtemps qu’Anthony Kavanagh était parti, que certains ne savaient même pas qu’il était Québécois. Les publicités et les capsules Web pour Les fromages d’ici jouent d’ailleurs sur ce tableau. « C’est un beau partenariat où j’ai pu m’impliquer dans l’écriture des pubs. C’est important que je sois un humoriste et un comédien dans les pubs et non seulement un panneau publicitaire », dit-il.

L’artiste et sa famille célébreront-t-ils un Noël québécois ou européen? « On est en plein dans cette décision-là. Ça sera peut-être tahitien, caribéen, européen ou québécois. On pèse le pour et le contre, mais je sais que j’aurai désespérément besoin de vacances parce que j’ai travaillé tout l’été. Ma femme aussi aura besoin d’un break », conclut Anthony Kavanagh, dont la petite famille vivra son premier long hiver québécois.

 

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *